Un médecin de Gaza est porté disparu depuis novembre. Son cousin canadien cherche toujours des réponses

[ad_1]

La dernière fois que Salim Elewa, un résident de l’Ontario, a eu des nouvelles de son cousin, médecin urgentiste résident à Gaza, c’était au téléphone le 18 novembre, lorsque le médecin a déclaré qu’il approchait d’un point de contrôle de Tsahal et qu’il rappellerait plus tard.

Depuis, Elewa tente de retrouver son cousin, le Dr Saleh Eleiwa, en contactant la Croix-Rouge internationale à Jérusalem et au Canada, en faisant appel à des avocats en Israël et même en faisant appel à son député local.

“Nous n’avons rien entendu sur lui, ni sur l’endroit où il se trouve ou quoi que ce soit de ce genre”, a déclaré Elewa depuis son domicile de Burlington, en Ontario. “Nous ne savons même pas s’il est encore en vie.”

Elewa a décrit son cousin comme « l’une des personnes les plus brillantes que vous ayez jamais rencontrées » et le major de son programme de faculté de médecine lorsqu’il a obtenu son diplôme en 2018.

Le Dr Eleiwa travaillait aux urgences de l’hôpital Al-Shifa de Gaza lorsque, le 18 novembre, les Forces de défense israéliennes ont ordonné l’évacuation de l’hôpital.

“Aux informations, nous avons vu qu’ils évacuaient l’hôpital d’Al-Shifa, nous l’avons donc appelé et lui avons demandé ce qui se passait”, a déclaré Elewa. “Il nous a dit qu’ils leur avaient donné une demi (une) heure pour évacuer tout l’hôpital.”

Le plan du médecin, a expliqué Elewa, était d’aller dans le sud de Gaza pour rejoindre sa famille, car sa maison au nord avait été bombardée. Mais, a déclaré Elewa, personne dans la famille n’a eu de nouvelles de lui après ce dernier appel téléphonique alors qu’il s’approchait d’un point de contrôle de Tsahal en cours de route.

Le Dr Tarek Loubani, médecin urgentiste à London, en Ontario, qui a travaillé et formé des médecins à Gaza, a été l’un des professeurs d’Eleiwa et a effectué plusieurs stages avec lui.

Loubani a déclaré qu’il avait parlé à d’autres médecins urgentistes à Al-Shifa qui ont vu ce qui est arrivé à Eleiwa, et a dit à Loubani qu’Eleiwa avait été arrêtée par Tsahal au point de contrôle avec d’autres agents de santé, dont certains ont ensuite été relâchés.

“La nouvelle s’est répandue à travers ce type de prisonnier qu’il était en état d’arrestation et qu’il avait été emmené en Israël”, a déclaré Loubani. “C’est la dernière fois que nous entendons parler de lui.”

Elewa a déclaré avoir entendu la même chose de la part des collègues de son cousin.

Dans une déclaration à CBC News, un porte-parole de Tsahal a déclaré que la force « reconnaît l’importance des protections spéciales accordées aux équipes médicales en vertu du droit international humanitaire et prend des mesures pour éviter qu’elles ne soient blessées ».

“Tsahal n’est pas en guerre contre les civils à Gaza, mais contre le Hamas. Le Hamas s’est intégré dans une infrastructure civile et opère dans toute la bande de Gaza”, a déclaré le porte-parole.

Le porte-parole a déclaré qu’ils pourraient répondre aux questions de CBC sur Eleiwa s’ils avaient son numéro de passeport ou son numéro d’identité.

Mais lorsque ces chiffres ont été partagés par Elewa avec CBC News et transmis au porte-parole, celui-ci n’a pas répondu aux questions et les a plutôt renvoyées au service pénitentiaire israélien.

Le service pénitentiaire israélien n’a pas répondu à temps pour la publication.

REGARDER | Un chirurgien décrit la situation désastreuse à l’hôpital d’Al-Shifa en novembre :

Un médecin de l’hôpital Al-Shifa de Gaza craint pour les patients, y compris les bébés prématurés

Le Dr Marwan Abusada, chirurgien de premier plan à l’hôpital Al-Shifa de la ville de Gaza, décrit une situation désastreuse dans laquelle les patients, y compris les bébés prématurés, sont confrontés à des risques graves et croissants.

Pas de réponse de la Croix Rouge

Selon un rapport de mi-décembre rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’hommeun certain nombre de Palestiniens du nord de Gaza ont été arrêtés par Tsahal et “beaucoup de ceux qui ont été détenus ont été soumis à de graves mauvais traitements, qui dans certains cas peuvent équivaloir à de la torture”.

“Les familles des détenus n’ont reçu aucune information sur le sort ou le lieu où se trouvent leurs proches, ni sur les raisons de leur détention, ce qui a exacerbé leur sentiment d’angoisse et de peur”, peut-on lire dans le rapport de l’ONU.

Il y a environ deux semaines, le journaliste citoyen canadien Mansour Shouman a disparu à Gaza. Dans une histoire similaire à celle d’Eleiwa, des amis et des proches ont déclaré que des organisations humanitaires sur le terrain leur avaient raconté que des témoins avaient vu Shouman être emmené par Tsahal.

Dans sa quête de réponses au sujet de son cousin, Elewa a contacté à la fois la Croix-Rouge internationale à Jérusalem et la Croix-Rouge canadienne.

“La Croix-Rouge internationale à Jérusalem me dit : ‘Nous ne sommes pas autorisés à divulguer la moindre information parce que l’occupation ne permet pas qu’elle soit divulguée'”, a déclaré Elewa. “Ils m’ont dit de contacter la division de la Croix-Rouge canadienne.”

La branche canadienne a demandé à Elewa de remplir un formulaire avec les informations de son cousin.

REGARDER | Un journaliste canadien disparu explique pourquoi il est resté à Gaza :

Voici pourquoi ce Canadien reste à Gaza pendant que sa famille passe la frontière égyptienne

Mansour Shouman et sa famille font partie des 80 Canadiens autorisés par Affaires mondiales Canada à quitter la bande de Gaza. Il a choisi de rester sur place et d’aider d’autres Palestiniens dans le besoin, se séparant de sa femme et de ses cinq enfants qui ont depuis traversé la frontière égyptienne.

“Une fois que vous aurez renvoyé le document, nous traiterons votre demande et le transmettrons à la délégation du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) – ILOT (Israël et territoires occupés)”, a écrit un représentant de la Croix-Rouge canadienne à Elewa dans un courriel le 6 décembre.

Mais ni le Canada, ni la branche de Jérusalem de la Croix-Rouge n’ont été en mesure de trouver des réponses.

Dans des courriels adressés à CBC News, un porte-parole du CICR a déclaré que l’organisation n’avait pu rendre visite à aucun Palestinien détenu en Israël ni à aucun Israélien retenu en otage à Gaza.

Lorsqu’on lui a demandé combien de Palestiniens étaient détenus en Israël, le porte-parole du CICR a répondu : « Nous n’avons pas de chiffres à ce sujet et même si nous en avions, nous ne les partagerions pas publiquement en raison de notre dialogue confidentiel et bilatéral avec les parties au conflit. “

On ne sait pas non plus combien de personnes au Canada ont rempli des formulaires dans le cadre du programme de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge canadienne, à la recherche d’êtres chers portés disparus à Gaza.

“J’ai examiné votre demande et nous ne vous fournirons pas le nombre que vous avez demandé”, a déclaré un porte-parole de la Croix-Rouge canadienne lorsqu’on lui a demandé combien de Canadiens recherchaient des personnes à Gaza.

Ils n’ont pas expliqué la raison pour laquelle ce numéro n’est pas disponible.

Elewa a déclaré qu’il savait que son cousin n’était pas éligible pour être évacué vers le Canada, mais qu’il continuerait de faire appel à la Croix-Rouge, aux députés canadiens et à d’autres organisations internationales pour savoir où se trouve Eleiwa et dans quel état il est détenu. Pendant deux mois, Elewa continue de consulter le médecin sur son téléphone.

“Son téléphone portable sonne toujours et vous pouvez lui envoyer des messages, ce qui signifie que son téléphone est actif quelque part”, a expliqué Elewa.

REGARDER | Un proche des otages israéliens décrit l’attente « angoissante » de leur libération :

Un proche des otages israéliens qualifie l’attente de “montagnes russes d’espoir… et de déception”

Tomer Keshet, dont toute la famille du cousin a été prise en otage par le Hamas lors des attaques du 7 octobre en Israël, se dit ravi pour les autres familles lorsqu’il voit les otages libérés, mais qualifie le processus d’attente du retour de ses proches de « angoissant » .’

Source link

Scroll to Top