Trudeau envisage de sanctionner les colons israéliens et se dit « saisi » du cas d’un Canadien disparu

[ad_1]

Le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le Canada envisageait des sanctions contre les colons israéliens de Cisjordanie qui ont été accusés d’avoir attaqué des Palestiniens et des militants pacifistes israéliens sur le territoire.

Jeudi, le Département d’État américain a imposé des sanctions financières contre les Israéliens vivant dans des colonies illégales. Washington affirme que les individus sanctionnés sont liés à « l’escalade de la violence » contre les Palestiniens.

“Nous envisageons des sanctions contre les colons extrémistes”, a déclaré Trudeau aux journalistes vendredi après une annonce sans rapport à Waterloo, en Ontario, où il n’a fourni aucune mise à jour sur un Canadien porté disparu dans la bande de Gaza.

“La violence des colons en Cisjordanie est absolument inacceptable et met en péril la paix (et) la stabilité dans la région, ainsi que la voie vers une solution à deux Etats qui est absolument essentielle.”

Il faisait référence à la politique de longue date du Canada consistant à plaider en faveur d’un État palestinien aux côtés d’Israël.

Les sanctions américaines dévoilées jeudi visent à empêcher quatre personnes d’utiliser le système financier américain et à interdire aux citoyens américains de traiter avec elles. Washington a déclaré qu’il pourrait inscrire davantage de colons sur la liste.

En décembre dernier, le Canada faisait partie des 14 pays qui ont condamné « les colons extrémistes qui terrorisent les communautés palestiniennes ».

De petites maisons, certaines encore en construction, bordent une colline.
Une colonie israélienne en construction en Cisjordanie occupée, à l’extérieur de Jérusalem. La Commission d’enquête internationale indépendante des Nations Unies sur le territoire palestinien occupé considère que de telles colonies sont illégales au regard du droit international. (Stéphanie Jenzer/CBC News)

Les attaques se sont intensifiées pendant la guerre entre Israël et le Hamas. Les autorités palestiniennes affirment que certains Palestiniens ont été tués, et les groupes de défense des droits affirment que les colons ont incendié des voitures et attaqué plusieurs petites communautés bédouines, forçant ainsi des évacuations.

« Israël, en tant que puissance occupante, doit protéger la population civile palestinienne en Cisjordanie », peut-on lire dans le communiqué des 14 pays du 15 décembre.

Les groupes qui défendent les intérêts des Palestiniens, comme les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient, demandent au Canada de sanctionner non seulement les colons, mais aussi les hauts responsables gouvernementaux qui les encouragent.

Par exemple, le ministre israélien d’extrême droite de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a déclaré cette semaine que les États-Unis n’auraient pas dû sanctionner « les héroïques colons » de Cisjordanie.

Le groupe Justice Pour Tous Canada a déclaré qu’Ottawa devait recourir aux sanctions et à la pression diplomatique pour réprimer la violence des colons et les règles de détention radicales adoptées par Israël pendant la guerre à Gaza et en Cisjordanie.

“Le temps des déclarations vagues et tièdes et des demi-mesures est révolu”, a déclaré vendredi Ganiyat Sadiq, un militant du groupe, sur la Colline du Parlement.

REGARDER | Un journaliste citoyen canadien porté disparu à Gaza :

Un journaliste citoyen canadien porté disparu à Gaza

Le journaliste citoyen canadien Mansour Shouman a disparu le 21 janvier à Gaza. Sa famille, ses amis et le gouvernement canadien s’efforcent désormais de le retrouver dans l’une des zones de guerre les plus dangereuses au monde.

Trudeau n’a fait aucune mise à jour vendredi sur le cas de Mansour Shouman, un citoyen canadien à Gaza qui documentait les efforts humanitaires dans la bande de Gaza pendant la guerre.

Les contacts de Shouman à l’étranger affirment avoir perdu contact avec lui il y a environ deux semaines et affirment que des témoins oculaires ont vu des responsables militaires israéliens l’emmener.

L’ambassade d’Israël à Ottawa a déclaré vendredi qu’elle était au courant de ces informations et qu’elle étudiait les informations qu’elle pouvait partager sur Shouman.

Trudeau n’a pas voulu dire s’il avait parlé de cette affaire avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

“Tous les niveaux de notre gouvernement sont pleinement saisis de cette question. Nous sommes engagés avec tous les partenaires, y compris le gouvernement israélien”, a-t-il déclaré.

“Nous effectuons un suivi si nécessaire d’une manière extraordinairement active pour déterminer ce qui s’est passé et comment nous pouvons aider cette personne.”

La ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly s’est entretenue jeudi avec la famille Mansour et son bureau a déclaré que les responsables étaient en contact avec des responsables israéliens et des organisations non gouvernementales régionales.

Shouman travaillait auparavant comme consultant pétrolier et gazier à Calgary.

Il figurait sur une liste d’étrangers autorisés à quitter Gaza le 7 novembre, mais il a choisi de rester à Gaza lorsque sa famille est partie, invoquant son devoir de documenter la guerre.

Sa femme et ses cinq enfants sont partis ce jour-là pour Abu Dhabi, où réside sa mère.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top