Sous le radar : les PWHLers pèsent sur la plupart des joueurs sous-estimés

[ad_1]

Vous n’auriez pas pu mieux écrire le premier but de Jamie Lee Rattray dans la PWHL qu’il ne s’est déroulé.

Rattray a marqué sur une passe parfaite devant le filet de sa coéquipière de Boston Sophie Shirley devant une foule de plus de 5 200 personnes, y compris ses parents, à Ottawa. Boston a ensuite battu Ottawa 3-2 lors de ce match de mercredi, récoltant trois points importants pour une victoire en temps réglementaire.

“C’est toujours amusant de rentrer à la maison et toujours amusant de gagner à domicile aussi”, a déclaré Rattray après le match.

Avant le début de la saison régulière, CBC Sports a demandé à plus de 30 joueurs de la PWHL qui, selon eux, était le joueur le plus sous-estimé avant la saison inaugurale de la ligue.

Vingt-six noms différents ont émergé, mais seulement trois joueuses ont reçu plus d’un vote : Rattray et les attaquantes d’Ottawa Emily Clark et Hayley Scamura.

REGARDER | Les PWHLers se prononcent sur le joueur le plus sous-estimé de la ligue :

Les joueurs de la PWHL répondent qui est le joueur le plus sous-estimé de la ligue

CBC Sports a interrogé les joueurs de la PWHL pour savoir qui, selon eux, est le joueur le plus sous-estimé avant la saison inaugurale.

Rattray a été le 13e attaquant à tout faire de l’équipe nationale canadienne au cours des dernières années. C’est le genre de joueuse qui peut jouer sur le premier trio ou sur le quatrième trio.

Elle peut également marquer de gros buts quand cela compte, comme son match vainqueur en tirs de barrage contre les Américaines lors de la ronde préliminaire des Championnats du monde l’an dernier.

À Boston, où Rattray porte une lettre, elle est verrouillée pendant les six premières minutes. Jusqu’à présent, elle a transformé cette opportunité en près d’un point par match.

“Elle est vraiment très tenace”, a déclaré Scamurra à propos de Rattray avant le début de la saison.

“(Rattray) est cette joueuse qui fait peut-être des petites choses que vous ne remarquez pas et qui mènent à des buts pour son équipe. C’est juste une personne et une joueuse vraiment géniale.”

Les coéquipières de Boston Shirley et Aerin Frankel ont également choisi Rattray. Tous deux ont souligné son éthique de travail.

“De toute évidence, c’est une très très bonne joueuse, elle travaille très fort et possède un excellent tir”, a déclaré Shirley.

“Une joueuse comme moi passe inaperçue, mais fait tout ce qu’elle doit faire correctement.”

La polyvalence est la clé du jeu de Clark

Clark a joué un rôle plus important au sein d’Équipe Canada au fil des ans. Mais comme Rattray, elle est polyvalente.

Une joueuse de hockey portant un maillot rouge, avec l'inscription Ottawa dessus, manipule la rondelle le long des bandes.
La capitaine adjointe d’Ottawa Emily Clark (à droite) a marqué son premier but dans la PWHL contre Toronto la semaine dernière. (Andrea Cardin/Photographie Freestyle/PWHL)

« Elle est un incontournable d’Équipe Canada, mais je ne pense pas que les gens réalisent vraiment qu’elle pourrait jouer un rôle dans une équipe », a déclaré la défenseure torontoise Jocelyne Larocque après avoir choisi Clark comme la joueuse la plus sous-estimée.

“(Clark) pourrait être une joueuse de premier trio, elle pourrait être une joueuse de quatrième trio. C’est quelqu’un que vous voulez dans votre équipe.”

Le jeu de Clark au sein de l’équipe Harvey’s du circuit de l’Association des joueuses professionnelles de hockey féminin (PWHPA) l’an dernier était un bon indicateur qu’elle a plus à donner offensivement. Elle a terminé avec 23 points en 20 matchs, deuxième de la PWHPA derrière Marie-Philip Poulin.

REGARDER | Les joueurs de la PWHL envient les compétences de Poulin :

Les joueurs de la PWHL envient les compétences de Marie-Philip Poulin

Les joueurs de la PWHL répondent quelle compétence de joueur ils souhaiteraient le plus voler.

À Ottawa, Clark a été l’un des premiers joueurs que l’équipe a recrutés en agence libre et il a la chance de briller. Elle passe la plupart de son temps sur une ligne solide et compétente avec Gabbie Hughes et Mikyla Grant-Mentis.

Elle a inscrit son premier but dans la PWHL mardi à domicile contre Toronto, un match que son équipe a remporté 3-1.

“C’est quelqu’un qui a toujours été bon pendant si longtemps”, a déclaré le capitaine torontois Blayre Turnbull à propos de Clark.

“Je pense que cette année dans la PWHL, vous allez voir beaucoup plus d’offensive de sa part, et les gens commenceront à comprendre pourquoi les gens qui jouent avec elle depuis si longtemps ont autant de respect pour le type de jeu qu’elle joue. “

C’est toujours difficile de jouer contre

Scamurra est entrée dans l’histoire à Ottawa lorsqu’elle a marqué le tout premier but de l’équipe, le 2 janvier.

REGARDER | Scamurra revient sur le premier but d’Ottawa :

Hayley Scamurra revient sur le premier but de son histoire pour Ottawa

L’attaquante américaine Hayley Scamura se souvient d’avoir joué et marqué devant la plus grande foule jamais vue pour assister à un match de hockey féminin professionnel.

Elle s’est taillée une place parmi les six derniers de l’équipe nationale américaine au cours des dernières années. Ceux qui l’ont choisie comme la plus sous-estimée ont noté à quel point il est difficile de jouer contre elle. En plus, elle est cohérente.

«Elle est dure avec la rondelle», a déclaré sa coéquipière d’Ottawa Jincy Roese.

“On n’y penserait pas, mais elle est super, super soyeuse dans les zones restreintes. Elle marque de gros buts. D’une manière ou d’une autre, elle finit toujours avec la rondelle sur son bâton. Je déteste aussi aller contre elle, parce que je me retrouve toujours au sol. et elle se retrouve en échappée.”

Samedi, Scamurra a marqué le but égalisateur contre Montréal, forçant la prolongation et assurant à son équipe un point dans la défaite éventuelle.

Joyaux cachés

L’attaquante montréalaise Jillian Dempsey n’a pas pu identifier un joueur en particulier qui, selon elle, est le plus sous-estimé, mais a déclaré qu’elle pense qu’il y a beaucoup de « joyaux cachés » parmi les joueurs qui ont joué dans la Première Fédération de hockey (PHF) avant sa fermeture.

«Il y a beaucoup de joueurs d’élite talentueux qui ne bénéficient pas toujours de la couverture médiatique de l’équipe nationale ou de ces opportunités, mais ce sont d’excellents joueurs», a déclaré Dempsey, qui a été capitaine du Boston Pride de la PHF avant de venir à Montréal.

Deux joueurs de hockey se battent pour une rondelle lors d'un match.  On a laissé ses pieds pour s'y jeter.
L’attaquant d’Ottawa Mikyla Grant-Mentis (à gauche) poursuit la rondelle contre le défenseur torontois Allie Munroe. Grant-Mentis était MVP de la Premier Hockey Federation en 2021 avant la fermeture de la ligue. (Frank Gunn/La Presse Canadienne)

Les votants qui ont joué dans cette ligue la saison dernière comprenaient Grant-Mentis d’Ottawa, Élizabeth Giguère de New York et Brittyn Fleming du Minnesota, entre autres.

Grant-Mentis, qui était le MVP du PHF en 2021, n’a pas été repêché dans la PWHL. Elle a pris cela comme une motivation pour le camp d’entraînement à Ottawa, où elle a fait partie de l’équipe en tant qu’agent libre.

Après six matchs dans la saison, Grant-Mentis compte trois points.

«Je pense qu’elle est très sous-estimée et qu’elle est une joueuse de hockey incroyable», a déclaré sa coéquipière d’Ottawa Kristin Della Rovere après avoir choisi Grant-Mentis comme la joueuse la plus sous-estimée.

“Je suis excité de la voir jouer cette année et de prouver à certaines personnes qu’ils ont tort et de montrer ses compétences parce que je ne pense pas qu’elle ait reçu la même attention qu’elle mérite.”

De nouveaux coéquipiers impressionnants

Plusieurs joueurs voulaient mettre en valeur les nouveaux coéquipiers qui les ont impressionnés au cours des premières semaines du camp d’entraînement.

Prenez, par exemple, l’attaquante recrue Maureen Murphy. Sa coéquipière montréalaise, Erin Ambrose, a joué contre Murphy sur la scène internationale, avec Murphy dans l’équipe américaine et Ambrose comme pilier de la ligne bleue du Canada.

Mais ce n’est que lorsque les deux sont devenus coéquipiers qu’Ambrose a pu voir de près « l’ensemble complet des compétences » de Murphy.

“Son éthique de travail, son dynamisme et sa détermination à s’améliorer et cela ne fait que trois semaines que je la connais”, a déclaré Ambrose avant le début de la saison. “Je pense qu’elle va être quelqu’un qui prendra d’assaut cette ligue.”

Murphy a sept points en huit matchs de Montréal, y compris le but gagnant en prolongation contre Ottawa samedi. Cela la place à égalité au sommet du classement montréalais avec ses camarades de trio Poulin et Tereza Vanišová.

Avec de nombreux joueurs nouveaux les uns pour les autres et d’autres qui assument des rôles différents de ceux qu’ils ont joué dans leur dernière équipe, les réponses des joueurs pourraient être très différentes d’ici la fin de la saison.

C’est l’un des aspects les plus excitants d’avoir une ligue réunissant tous les meilleurs talents en un seul endroit : voir émerger de nouveaux talents négligés. Avec des ressources professionnelles, les joueurs ont plus de chances de s’épanouir et d’atteindre leur potentiel.

Un joueur de hockey porte la rondelle sur la glace.
L’attaquante de New York Emma Woods a marqué son premier but dans la PWHL plus tôt ce mois-ci, un total gagnant en prolongation contre le Minnesota. (Kelly Hagenson/PWHL)

“Il y a beaucoup de joueurs qui, au fil des ans, ont peut-être été un peu négligés”, a déclaré l’attaquante de New York Emma Woods, dont le premier but de la PWHL a été un match gagnant contre le Minnesota plus tôt ce mois-ci.

“Je pense que c’est l’occasion pour moi-même et peut-être pour beaucoup d’autres filles de cette ligue de faire leurs preuves et de faire un grand pas pour leurs équipes.”

[ad_2]

Source link

Scroll to Top