Qu’ont en commun l’enseignement du castor et l’espace ? Un astronaute canadien

[ad_1]

Lorsque l’astronaute canadien Jeremy Hansen se rendra sur la Lune, il emportera avec lui les enseignements d’un conte anishinaabe.

Hansen sera le premier Canadien à orbiter autour de la Lune avec le lancement de la mission Artemis II, prévu en septembre 2025.

Il a partagé mardi l’histoire qu’il a apprise d’un gardien du savoir de la Première nation Sagkeeng avec des élèves de 14 écoles situées dans des régions éloignées du Canada.

“L’enseignement du castor est l’enseignement de vous et moi”, a déclaré Hansen aux étudiants.

“Nous avons tous un don et nous sommes censés partager nos dons.”

Son don, dit-il, est de travailler avec les autres sur des défis difficiles.

N’ayant pas grandi dans la culture des Premières Nations, des Métis ou des Inuits, il a déclaré qu’il se tournait vers les personnes qu’il avait rencontrées pour l’aider à préparer son voyage.

Cela l’a amené à faire une quête de vision avec David Courchene III, le chef du Turtle Lodge International Centre for Indigenous Education and Wellness au Manitoba.

“Nous avons pensé: ‘Eh bien, emmenons-le sur le terrain pour qu’il se prépare mentalement'”, a déclaré Courchene.

Hansen a passé quatre jours seul dans la nature sur un site sacré appelé Manitou Api.

  Le chef du Turtle Lodge, David Courchene III, a emmené l'astronaute faire une quête de vision sur un site sacré du Manitoba appelé « Manitou Api », pour l'aider à préparer son voyage.
Le chef de Turtle Lodge, David Courchene III, dit qu’il a emmené Hansen faire une quête de vision sur un site sacré au Manitoba pour l’aider à préparer son voyage. (Soumis par David Courchene III)

“Nous lui avons enseigné le but et le sens des raisons pour lesquelles nous faisons ces choses pour nous connecter avec la terre, nous connecter avec l’esprit. Beaucoup d’enseignements sont porteurs de notre peuple”, a déclaré Courchene.

Courchene a déclaré à CBC Indigenous qu’il pouvait voir que Hansen comprenait l’importance des enseignements qu’il partageait avec lui.

« Il y a des gens qui reconnaissent l’importance que nous avons à offrir en tant que peuple autochtone », a déclaré Courchene.

Tout en racontant aux étudiants son expérience avec la culture anishinaabe de Courchene, Hansen a reconnu que les cultures des étudiants ne sont peut-être pas les mêmes, mais il voulait quand même partager ce message qui résonnait tant en lui.

« Chaque personne à travers le pays a le potentiel d’apporter de la valeur et d’apporter ses cadeaux au monde », a déclaré Hansen.

“L’avenir du Canada dépend de notre collaboration tous ensemble.”

Frank McMullin, directeur adjoint de l’école Paatsaali à Sanikiluaq, au Nunavut, a déclaré que le message a également trouvé un écho auprès des élèves de là-bas.

“Maintenant, ils réfléchissent à des choses qui suscitent leur intérêt et à la façon dont ils peuvent poursuivre leurs objectifs et faire quelque chose d’incroyable comme Jeremy”, a-t-il déclaré.

Le seul côté triste était que chaque école n’était autorisée à poser qu’une seule question en raison de la rapidité avec laquelle l’heure passait.

“L’un d’eux voulait demander : ‘Pouvez-vous utiliser votre téléphone portable dans l’espace ?’ “Bien sûr les enfants, c’est la première chose à laquelle ils pensent.” dit McMullin.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top