Nayib Bukele s’apprête à diriger pendant des années au Salvador après avoir ignoré les limites de mandat

[ad_1]

Nayib Bukele exultait dimanche soir à San Salvador, disant à ses partisans en liesse d’attendre avec impatience ce que son gouvernement va faire « au cours des cinq prochaines années ». après une victoire électorale écrasante.

Aucun autre président salvadorien moderne n’a bénéficié d’une période de « cinq ans », puisque la constitution l’interdisait jusqu’à ce que Bukele parvienne à se présenter à nouveau.

Son parti Nuevas Ideas devrait remporter la majorité des sièges à l’Assemblée législative du Salvador.

Bukele a fait campagne en grande partie sur une réduction drastique du taux de crimes violents, qui était il n’y a pas si longtemps l’un des pires au monde. Il a attisé la crainte d’un retour à une époque pas si ancienne pendant la campagne en affirmant que l’opposition “libérerait les membres des gangs et les utiliserait pour revenir au pouvoir”.

La promesse

Bukele s’est présenté à la présidence en 2019. Alors âgé de 37 ans, il était considéré comme un antidote charismatique et passionné à un pays qui était gouverné soit par le Front de libération nationale Farabundo Marti (FMLN) de gauche, soit par l’Alliance républicaine nationaliste conservatrice (ARENA) depuis. la fin de sa guerre civile en 1992.

Le maire de San Salvador s’est positionné comme un résolveur de problèmes au-dessus de la politique dogmatique, même s’il n’était pas complètement étranger à cette structure de parti. Fils d’un Palestinien qui a ouvert la première franchise McDonald’s du pays, Bukele a d’abord été vendeur pour le FMLN au sein de la société de relations publiques de sa famille, puis membre du FMLN jusqu’à son expulsion après des affrontements avec des responsables du parti.

“Un dictateur est un dictateur, à droite ou à gauche”, a écrit Bukele sur les réseaux sociaux avant les élections de 2019.

En tant que maire et président, il a rarement interagi avec la presse, mais a communiqué via les réseaux sociaux, où il a présenté le pays comme un paradis pour les crypto-monnaies.

ÉCOUTEZ l’expérience Bitcoin du Salvador :

26:34L’expérience Bitcoin au Salvador

Une nation – et une économie – de 6,5 millions d’habitants peuvent-elles fonctionner avec Bitcoin ? C’est l’expérience en temps réel qui se déroule au Salvador, où le président du pays, le frère technologique, a donné cours légal à la crypto-monnaie. Nous vous emmènerons au Salvador et écouterons les habitants pour voir comment la promesse d’un paradis de crypto-monnaie par un « dictateur le plus cool du monde » autoproclamé se heurte à la réalité des gens ordinaires qui tentent juste de survivre. Avec le journaliste d’investigation Nelson Rauda avec El Faro. Remarque : cet épisode contient un langage explicite.

Le premier terme

Les tendances d’homme fort de Bukele ont d’abord attiré l’attention au niveau international lorsqu’il a envoyé des forces de sécurité armées et un ultimatum au Parlement au début de 2020 pour faire adopter sa législation sur la sécurité.

Après des résultats positifs aux élections législatives de 2021, il a remplacé les juges de la Cour constitutionnelle par des juges conformes, ouvrant la voie à un nouveau mandat malgré le fait que la Constitution l’interdit dans six endroits différents. Ces juges ont approuvé sa candidature pour un autre mandat.

Des soldats armés en tenue de camouflage gardent un bâtiment portant l'inscription « Palacio Legislativo ».
Des soldats gardent l’Assemblée législative à San Salvador le 9 février 2020. Bukele a alors donné un ultimatum d’une semaine au Parlement pour approuver un prêt destiné à équiper les forces de sécurité du pays et à lutter contre les gangs criminels. (Marvin Recinos/AFP/Getty Images)

Les protestations sont restées silencieuses, le taux d’homicides dans le pays étant passé de 103 pour 100 000 personnes en 2015 à huit en 2022. Après une période particulièrement sanglante en mars 2022, Bukele a suspendu certaines libertés civiles dans le cadre de l’état d’urgence national, qui reste en vigueur. effet.

Selon certaines estimations, 1,6 pour cent de la population a été arrêtée, et près de 8 pour cent de la population masculine âgée de 14 à 29 ans.

Préoccupation internationale

Dans son dernier rapport concernant le payscouvrant l’année 2022, le Département d’État américain a exprimé son inquiétude face à ce qu’il a qualifié de « rapports crédibles » faisant état de violations des droits de l’homme, telles que des arrestations arbitraires, l’absence de procédure régulière, la torture aux mains des forces de sécurité et des conditions de détention mettant la vie en danger.

Un groupe de législateurs démocrates a noté dans une lettre adressée au secrétaire d’État américain Antony Blinken à l’approche des élections que les doubles citoyens américano-salvadoriens avaient été pris à tort dans le raz-de-marée des gangs.

Plusieurs personnes brandissent des drapeaux en marchant dans une rue lors d’une manifestation.  Certains portent des masques sur la bouche.
Même si l’approche anti-gang de Bukele a été populaire, sa tactique a suscité une certaine opposition. Des étudiants de l’Université du Salvador manifestent contre Bukele le 9 février 2021. (Marvin Recinos/AFP/Getty Images)

Le vice-président de Bukele, Félix Ulloa, a reconnu que le gouvernement « avait commis des erreurs » en arrêtant des milliers de personnes qui n’avaient commis aucun crime à l’Associated Press pendant la campagne, mais a justifié la répression comme étant pour le bien commun.

Certains pensent qu’il y a plus que ce que l’on croit en matière de sécurité publique et que les sanctions infligées aux membres de gangs ont été sélectives, même au milieu du nombre effarant d’emprisonnement.

Juanita Goebertus, directrice des Amériques de Human Rights Watch, dans un témoignage devant un comité du Congrès américain en décembre, a déclaré que Bukele employait deux stratégies éculées et infructueuses vues dans le pays dans le passé, sous la forme de « pactes secrets avec des gangs et de politiques de sécurité d’une main de fer ».

Sur ce, le département du Trésor américain dans un acte d’accusation de 2021 de deux membres de gangs de premier plan ont accusé le gouvernement de Bukele d’offrir des incitations financières aux gangs salvadoriens MS-13 et 18th Street Gang pour garantir que les incidents de violence des gangs et le nombre d’homicides confirmés restent faibles, en échange du soutien de Nuevos Ideas.

Les journalistes, les opposants politiques et les critiques ont été victimes de harcèlement au cours des cinq dernières années. Un utilisateur de Twitter a été rapidement arrêté par la police en 2022 après avoir remis en question le recours à un service de sécurité gouvernemental pour Karim Bukele, le frère du président, sur la plage.

Et en décembre, l’administration Biden a exprimé son inquiétude concernant l’arrestation de quatre anciens législateurs, dont Rubén Zamora, ancien ambassadeur du Salvador aux États-Unis.

L’avenir

Bukele s’est montré évasif lorsqu’on lui a demandé dimanche s’il briguerait un troisième mandat, mais dans les Amériques, des dirigeants autoritaires tels que Nicolas Maduro au Venezuela et Daniel Ortega au Nicaragua ont réussi à bafouer les lois pour rester au pouvoir.

L’administration Biden s’efforce de mobiliser ses alliés internationaux dans les guerres en Ukraine, à Gaza et au Moyen-Orient avec des mandataires iraniens, mais elle a besoin de la coopération du Salvador sur quelques questions, notamment celle du flux de migrants vers la frontière sud des États-Unis.

Un DJ joue sur une place extérieure devant des dizaines de personnes dans une scène nocturne.  Une personne porte une grosse tête en plastique.
Les partisans de Bukele se sont réjouis au Palais national après l’élection présidentielle à San Salvador dimanche. (José Luis Gonzales/Reuters)

Les 14 législateurs démocrates qui ont écrit à Blinken disent que l’administration Biden a été « trop crédule envers la candidature à la réélection du président Bukele ». Ils souhaitent que le gouvernement américain conditionne l’aide à la sécurité du pays conformément aux lois sur les droits de l’homme et qu’il fournisse une plus grande part du financement humanitaire aux partenaires non gouvernementaux, entre autres mesures.

Bukele s’est moqué des réseaux sociaux, affirmant qu’il était « honoré » de rencontrer une telle opposition.

Alors que les citoyens qui se sont entretenus avec Associated Press et Reuters apprécient de marcher dans les rues en toute sécurité, le pays connaît des difficultés économiques, avec une faible croissance prévue du PIB pour 2024 et des négociations en cours pour un prêt américain de 1,3 milliard de dollars du Fonds monétaire international.

Malgré sa promotion du Bitcoin ayant cours légal, les touristes sont plus susceptibles que les citoyens de l’utiliser dans de nombreuses villes, selon un rapport de Reuters sur la préparation des élections.

La lutte contre la drogue et les gangs s’est également révélée récemment populaire auprès d’une grande partie de la population aux Philippines sous l’ancien président Rodrigo Duterte, mais elle a également suscité une attention internationale. La Cour pénale internationale, un organisme auquel le Salvador a adhéré en fanfare trois ans seulement avant l’arrivée de Bukele au pouvoir, enquête sur d’éventuels crimes contre l’humanité, y compris des meurtres, dans le cadre de la guerre contre la drogue dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Mais dans les rues du Salvador, depuis le vote de dimanche, l’ambiance était plutôt à la liesse.

Sara Leon, 48 ans, qui a également vécu des années aux États-Unis, n’a eu que des éloges à l’égard de Bukele dans ses commentaires à l’Associated Press.

“S’il est un dictateur, puissions-nous avoir un dictateur encore 100 ans”, a-t-elle déclaré.

Source link

Scroll to Top