L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec suspend l’exigence d’un diplôme universitaire pour les infirmières

[ad_1]

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec change de cap en annonçant qu’il suspendra temporairement son projet qui aurait exigé que les infirmières détiennent un diplôme universitaire avant d’exercer dans la profession.

Le Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), qui réglemente les soins infirmiers dans la province, affirme qu’il concentrera ses efforts sur l’amélioration de l’examen d’autorisation à la fin des études d’infirmière.

En mai 2022, l’ordre a annoncé vouloir que les nouvelles infirmières obtiennent un diplôme universitaire. Cependant, depuis lors, l’examen que les étudiants en soins infirmiers doivent réussir pour entrer dans ce domaine a été critiqué en raison de son taux d’échec élevé, certaines infirmières appelant à un changement dans la manière dont les futures infirmières sont testées.

Le plus grand syndicat d’infirmières au Québec, le Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), salue cette décision.

« La FIQ invite l’OIIQ à concentrer désormais ses énergies sur les problématiques fondamentales de la profession infirmière », a déclaré la présidente de la FIQ, Julie Bouchard. « Ces problèmes ont été dénoncés par l’OIIQ dans le passé. Par exemple, l’employeur déplaçait des infirmières d’une unité de soins à une autre sans préparation adéquate.

Bernard Tremblay, président de la Fédération des cégeps du Québec, salue également le décret abandonnant l’exigence universitaire, invoquant une pénurie de main-d’œuvre et une baisse de 7 pour cent des inscriptions aux programmes de sciences infirmières en 2023.

Tremblay affirme qu’attirer les jeunes vers la profession constitue un défi. Il dit qu’il souhaite que le ministère de la Santé du Québec fasse davantage la promotion des diplômes d’infirmières de niveau cégep afin que la prochaine génération d’infirmières de la province puisse postuler en « pleine confiance » qu’elle sera en mesure d’exercer.

Le Québec compte actuellement environ 81 000 infirmières, dont 53 pour cent sont titulaires d’un baccalauréat.

L’OIIQ a également suspendu son projet d’utiliser l’examen National Council Licensure Examination for Registered Nurses (NCLEX-RN), utilisé aux États-Unis et dans les autres provinces du Canada pour obtenir un permis d’exercice.

«Il est recommandé aux candidats infirmiers de ne pas attendre le NCLEX-RN pour s’inscrire à l’examen professionnel», a déclaré Alexandre Banville, chef de cabinet de la présidence de l’ordre.

Le prochain examen est prévu le 26 mars et sera ouvert à tous les candidats, quel que soit le nombre d’échecs.

En novembre, l’Office des professions du Québec a annoncé vouloir forcer l’OIIQ à revoir l’examen d’admission.

En janvier, le rapport annuel de l’OIIQ démontrait qu’elle avait délivré moins de permis en 2022-2023 qu’au cours de la dernière décennie.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top