Les travailleurs de la santé de l’Ontario « à bout de nerfs » face à la crise du personnel hospitalier, selon un syndicat

[ad_1]

Les travailleurs de la santé de partout en Ontario « sont à bout de nerfs » en raison de la « crise » actuelle du personnel hospitalier qui pèse lourdement sur les salles d’urgence de la province, a déclaré mardi le président du Conseil ontarien des syndicats d’hôpitaux du SCFP.

Michael Hurley faisait partie des centaines de travailleurs et de dirigeants syndicaux qui ont manifesté devant le Sheraton Centre, où plusieurs syndicats représentant les travailleurs de la santé étaient engagés dans des négociations collectives avec la province pour exiger des salaires plus élevés et de meilleures conditions de travail.

Il a déclaré qu’il y avait environ 13 150 personnes sur des civières dans les couloirs des hôpitaux, 107 000 personnes en attente d’une intervention chirurgicale et des dizaines de milliers en attente d’une procédure de diagnostic dans toute la province – mais pas assez de travailleurs pour répondre à la demande.

« Il y a un exode de personnel dans le secteur des soins de santé et dans le secteur hospitalier en particulier… (et) la qualité des soins aux patients en souffre énormément », a déclaré Hurley à CBC Toronto.

“Nous perdons plus de 10 pour cent du personnel infirmier et autre personnel chaque année et nous ne les remplaçons pas. Il est donc essentiel de retenir le personnel.”

Hurley a déclaré que les syndicats “ont également besoin d’un accord sur les problèmes de charge de travail”.

“Nous avons le moins de personnel travaillant avec le plus grand nombre de patients et le moins de lits de toutes les provinces, et par conséquent, la charge de travail est insupportable.”

Michael Hurley
Michael Hurley, président du Conseil ontarien des syndicats d’hôpitaux du SCFP, affirme que les travailleurs de la santé sont « à bout de souffle ». (CBC)

Il a déclaré que la forte participation à la manifestation montre clairement que les gens souffrent et ont besoin que le gouvernement agisse de toute urgence.

« Pourquoi les gens prendraient-ils un autobus d’Oshawa ou de Sudbury pendant cinq ou six heures pour venir ici aujourd’hui pour tenter d’attirer l’attention sur le manque de personnel et la crise dans les hôpitaux ? Ils le feraient parce qu’ils sont à bout de nerfs et qu’ils ont besoin le gouvernement à intervenir”, a-t-il déclaré.

“Je veux dire, l’année dernière, le financement gouvernemental des hôpitaux publics a augmenté de 0,5 pour cent alors que leurs coûts ont augmenté de 5,6 pour cent. Ils ont donc réduit les budgets des hôpitaux de plus de 5 pour cent au moment où nous fermons les urgences. les services et les gens ne pouvaient pas obtenir de services.

Dans un courriel envoyé à CBC Toronto après la publication de cet article, un porte-parole du gouvernement a contesté ce chiffre de financement, affirmant que l’Ontario avait augmenté de 4 pour cent le financement du secteur hospitalier en 2023-2023.

Le premier ministre cite des investissements records

S’exprimant aujourd’hui à l’hôpital Toronto Western, où il a annoncé un investissement de 794 millions de dollars pour une nouvelle tour de 15 étagesle premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a déclaré que son gouvernement avait réalisé des investissements records dans l’infrastructure et le personnel hospitaliers de la province.

“Nous investissons près de 50 milliards de dollars — mes amis, cela ne s’est jamais produit dans tout le pays, sans parler de la province —, c’est 50 milliards de dollars pour 15 nouveaux hôpitaux ou agrandissements d’hôpitaux”, a déclaré le premier ministre. « Ici à Toronto, cela comprend 12 millions de dollars pour le projet du centre de réactivation Hillcrest et 42 millions de dollars pour la phase deux du projet d’expansion de la greffe de cellules souches au Princess Margaret Cancer Centre.

Doug Ford
Le premier ministre Doug Ford affirme que son gouvernement accroît le nombre de professionnels de la santé de première ligne. (CBC)

Selon Ford, son gouvernement élargit également le personnel de santé de première ligne.

« Depuis 2018, nous avons ajouté plus de 80 000 infirmières inscrites ici en Ontario », a-t-il déclaré.

« En fait, en 2023, un autre record a été battu, avec plus de 17 500 infirmières inscrites pour travailler et 30 000 autres étudiants en sciences infirmières dans nos collèges et universités prêts à venir soutenir les communautés de toute la province.

« Nous avons également accueilli bien plus de 10 000 nouveaux médecins depuis 2018, et avec ces médecins, nous construisons de nouvelles universités de médecine et y ajoutons davantage de sièges dans toute la province », a ajouté Ford.

Ford a déclaré que l’Ontario a désormais les délais d’attente chirurgicaux les plus courts de tout le Canada et qu’il est actuellement en tête du pays avec 90 pour cent des personnes connectées à un fournisseur de soins de santé régulier.

«Tant de patients et très peu de personnel»

Pam Parks, infirmière auxiliaire autorisée depuis 1986, est venue d’Oshawa pour se joindre au rassemblement.

Des travailleurs de la santé ont manifesté au centre-ville de Toronto le mardi 6 février 2024.
Des centaines de travailleurs de la santé et de dirigeants syndicaux ont manifesté devant le Sheraton Centre de Toronto, le mardi 6 février 2024. (CBC)

Malgré les investissements, dit-elle une promesse de Ford de mettre fin à la médecine de couloir n’a pas été conservé.

« N’importe quel jour… les gens se présentent pour leur quart de travail (et) ils sont déplacés d’un pilier à l’autre parce qu’ils n’ont pas assez de personnel », a déclaré Parks, qui est également président de la section locale 3364 du SCFP.

“Cela affecte le travail parce que vous ne prodiguez pas les soins que vous aimeriez prodiguer à vos patients. Vous faites des économies, il y a tellement de patients et très peu de personnel.”

Parks a déclaré qu’au cours des deux dernières années, des personnes qui approchaient de la retraite mais n’étaient pas encore prêtes à partir l’ont quitté « parce que les conditions de travail sont très mauvaises ».

La chef du NPD de l'Ontario, Marit Stiles, s'est également jointe à la manifestation.
La chef du NPD de l’Ontario, Marit Stiles, s’est également jointe à la manifestation. (CBC)

La chef du NPD de l’Ontario, Marit Stiles, a déclaré qu’elle s’était jointe à la manifestation « pour se tenir aux côtés des travailleurs hospitaliers » qui sont « en première ligne… face aux compressions et au sous-financement des soins de santé dans notre province ».

“Nous avons des salles d’urgence qui ferment, des hôpitaux qui menacent de fermer dans toute la province. Nous devons faire quelque chose de toute urgence”, a-t-elle déclaré.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top