Les partis d’opposition demandent une pause indéfinie dans l’expansion de l’aide médicale à mourir pour les maladies mentales

[ad_1]

Un comité parlementaire spécial devrait publier cette semaine un rapport qui pourrait influencer la décision du gouvernement fédéral quant à l’opportunité d’autoriser ou non les personnes souffrant uniquement d’une maladie mentale à obtenir l’aide médicale à mourir.

Les membres conservateurs et néo-démocrates du Comité mixte sur l’aide médicale à mourir (AMM) disent qu’ils souhaitent une pause indéfinie dans l’élargissement imminent de l’admissibilité à l’aide médicale à mourir pour inclure les cas de maladie mentale. Cette expansion devrait avoir lieu le 17 mars.

« Le Canada n’est pas prêt », a déclaré Michael Cooper, membre du comité et député conservateur de St. Albert—Edmonton.

Le comité, composé de 15 députés et sénateurs, a été chargé par le gouvernement fédéral l’automne dernier de déterminer si le système de santé est prêt à faire face à l’expansion.

Des témoins issus de milieux juridiques et médicaux ont donné aux membres du comité un large éventail de points de vue sur les deux côtés de cette question très sensible.

Cooper a déclaré qu’il avait été influencé par des psychiatres qui ont déclaré au comité qu’il serait difficile, voire impossible, pour les professionnels de la santé de décider si une maladie mentale ne peut être traitée ou si la demande d’AMM d’une personne est rationnelle ou motivée par des idées suicidaires.

“Ces libéraux ont fait passer l’idéologie avant la prise de décisions fondées sur des preuves”, a déclaré Cooper.

Le sénateur Stanley Kutcher est membre du Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir.
Le sénateur Stanley Kutcher exhorte le gouvernement fédéral à autoriser l’aide médicale à mourir aux personnes dont le seul problème de santé est une maladie mentale. (Fourni/CBC)

Un autre membre du comité, le sénateur de la Nouvelle-Écosse Stanley Kutcher, n’est pas d’accord.

Kucher a déclaré que les Canadiens souffrant de maladies mentales irrémédiables méritent les mêmes droits que ceux souffrant de maladies physiques graves.

“Je pense que nous devons être dirigés par… la compassion”, a déclaré Kutcher, un psychiatre qui a fait pression pour que l’AMM inclue la maladie mentale.

“Nous ne pouvons pas discriminer le fait que certaines personnes soient autorisées à faire un choix de fin de vie.”

Le comité fait du rattrapage

Le comité a été formé en 2021 après que le Parlement a adopté un projet de loi élargissant l’aide médicale à mourir pour inclure les personnes atteintes de maladie mentale. Le projet de loi a été amendé lorsque les sénateurs ont voté pour imposer un délai de 18 mois à l’interdiction générale proposée dans le projet de loi de l’aide médicale à mourir pour les personnes souffrant uniquement de maladies mentales.

Le député néo-démocrate de Colombie-Britannique Alistair MacGregor, l’un des vice-présidents du comité, a déclaré que la loi avait été modifiée sans consultation appropriée, laissant les parlementaires et de nombreux secteurs différents de la société canadienne lutter pour rattraper leur retard.

“On a l’impression que sur cette question, (le gouvernement) a construit l’avion alors qu’il vole dans les airs”, a déclaré MacGregor, qui représente la circonscription de Cowichan—Malahat—Langford.

“Tout cela témoigne de la mauvaise gestion des libéraux dans ce dossier dès le départ, ce qui nous laisse maintenant dans une sorte de vide juridique.”

Un homme en costume gris prend la parole à la Chambre des communes.
Le député néo-démocrate Alistair MacGregor a déclaré que le gouvernement fédéral doit freiner l’expansion de l’aide médicale à mourir. (Justin Tang/La Presse Canadienne)

Le gouvernement a déjà suspendu l’expansion de l’AMM une fois, jusqu’au 17 mars. Le ministre de la Santé, Mark Holland, n’exclut pas un autre retard.

Une pause prolongée obligerait le gouvernement à présenter un projet de loi, qui devrait obtenir la sanction royale avant la date limite du 17 mars.

Holland a déclaré que le gouvernement prendrait une décision après le dépôt des conclusions du comité. La date limite du comité pour soumettre son rapport est le 31 janvier.

“Nous reconnaissons certainement qu’il existe une équivalence entre la souffrance physique et la souffrance mentale”, a déclaré Holland. “Mais nous devons nous assurer que les soutiens sont là, que la formation est en place.”

Le Canada est-il prêt ?

Holland a reconnu les préoccupations soulevées par les deux experts qui ont témoigné devant le comité et par provincial et territorial Gouvernements.

Le gouvernement du Québec est nous ne prévoyons pas étendre l’aide médicale à mourir aux personnes atteintes d’un trouble mental. La province a déclaré que la maladie mentale n’est « pas considérée comme une maladie » aux fins de l’AMM.

Helen Long, PDG de Dying With Dignity Canada, a déclaré que le gouvernement a rempli trois conditions préalables principales pour étendre l’admissibilité à l’aide médicale à mourir aux maladies mentales : élargir la collecte de données, établir un programme national pour les professionnels de la santé et élaborer des normes de pratique.

“Ils sont prêts à aller de l’avant”, a déclaré Long.

Le ministre de la Santé, Mark Holland, attend le rapport du Comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir avant de prendre une décision finale.
Le ministre de la Santé, Mark Holland, n’exclut pas un autre retard dans l’ouverture de l’aide médicale à mourir aux personnes atteintes de maladie mentale. (Presse canadienne/Christinne Muschi)

Seul un petit nombre de personnes dont le seul problème de santé est une maladie mentale seraient admissibles à l’aide médicale à mourir, a déclaré Long. Elle a dit que ce sont des personnes qui ont enduré de nombreuses années de souffrance et qui ont essayé plusieurs traitements.

Le Dr Jitender Sareen fait partie d’un groupe de huit titulaires de chaires universitaires en psychiatrie qui ont écrit aux ministres fédéraux et ont exhorté le comité à ne pas élargir l’aide médicale à mourir pour inclure la maladie mentale.

Sareen a déclaré que les normes de pratique pour guider les psychiatres et les cliniciens sont inadéquates et que le Canada est à la traîne par rapport aux autres pays en matière de financement de la santé mentale et de la toxicomanie.

« Offrir la mort à une personne qui n’a pas eu la possibilité de s’améliorer, avec ou sans traitement, n’est, à notre avis, pas acceptable », a déclaré Sareen, professeur et chef du département de psychiatrie de l’Université du Manitoba.

Protéger les plus vulnérables

Le Dr Sonu Gand, professeur à l’Université de Toronto et chef du service de psychiatrie au Sunnybrook Health Sciences Centre, a déclaré qu’il n’y avait pas suffisamment de mesures de protection en place pour protéger les plus vulnérables.

“Si cela devait se dérouler comme prévu actuellement, ce serait tout à fait irresponsable”, a déclaré Gand.

La chef du Parti vert, Elizabeth May, a déclaré qu’elle soutenait l’expansion, mais qu’elle ne pensait pas qu’elle devrait se poursuivre tant que de meilleurs soutiens sociaux et économiques ne seraient pas en place, comme un revenu minimum garanti.

« À l’heure actuelle, nous ne pouvons jamais affirmer avec certitude que personne au Canada ne demanderait l’aide médicale à mourir parce qu’il n’a pas de logement ou qu’il n’a pas les moyens de payer son loyer », a déclaré May.

Santé Canada a signalé 13 241 personnes ont bénéficié d’une aide médicale à mourir en 2022 – un bond de 31,2 pour cent par rapport à 2021.

Il indique que 44 958 personnes ont bénéficié d’une aide médicale à mourir depuis l’introduction de la législation fédérale en 2016.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top