Les libéraux présentent un projet de loi pour retarder l’élargissement de l’admissibilité à l’aide médicale à mourir jusqu’en 2027

[ad_1]

Le gouvernement libéral a présenté jeudi un projet de loi qui retardera jusqu’en 2027 l’expansion de l’aide médicale à mourir pour inclure les personnes souffrant uniquement de maladie mentale.

Le ministre de la Santé, Mark Holland, a présenté le projet de loi et le ministre de la Justice, Arif Virani, a déclaré aux journalistes qu’il faudrait attendre que le système de santé du Canada soit prêt à mettre en œuvre l’expansion.

“En raison de l’importance de la décision, en raison de la nature des conséquences de ce type de politique, nous devons nous assurer que nous faisons les choses correctement, et nous sommes déterminés à le faire”, a déclaré Virani.

“Mettre une pause pendant les trois prochaines années garantira que le système soit prêt, comme l’a indiqué le système de santé”, a-t-il déclaré.

Holland a déclaré que la décision de retarder l’expansion jusqu’après les prochaines élections fédérales n’a rien à voir avec la politique électorale, mais a été prise pour garantir que le système de santé est prêt. “Les questions électorales ou partisanes ne sont pas importantes”, a-t-il déclaré.

Holland a déclaré que pour déployer l’expansion, il doit avoir la certitude que les gens ont été correctement formés afin que les bonnes décisions soient prises.

“Ce que j’ai entendu spécifiquement de la part de mes homologues des provinces et des territoires, c’est que pour en arriver là, il leur faudrait beaucoup de temps”, a déclaré Holland.

Deuxième retard dans l’expansion

C’est la deuxième fois que le gouvernement cherche à retarder l’expansion de l’aide médicale à mourir (AMM) depuis que la Cour supérieure du Québec a invalidé la loi initiale du gouvernement de 2016 parce qu’elle était limitée aux personnes dont le décès était « raisonnablement prévisible ».

Une nouvelle loi adoptée en 2021 a retardé de deux ans l’extension de l’aide médicale à mourir pour inclure les personnes souffrant de maladie mentale. Cette date limite a ensuite été repoussée au 17 mars de cette année.

Un comité spécial, composé de 15 députés et sénateurs, a été chargé par le gouvernement fédéral l’automne dernier de déterminer si le système de santé est prêt à faire face à l’expansion.

Après avoir entendu des dizaines de témoins, le comité a publié lundi un rapport concluant que le Canada n’est pas prêt.

Plus à venir.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top