Les frais juridiques de Trump semblent s’accumuler pour les donateurs, selon le rapport sur les dépenses électorales

[ad_1]

La collecte de fonds du candidat républicain à la présidentielle Donald Trump a ralenti au cours des trois derniers mois de 2023 et ses frais juridiques ont semblé peser sur les finances de ses efforts électoraux, selon de nouvelles révélations soumis à la Commission électorale fédérale (FEC).

La campagne électorale de Trump a rapporté 19 millions de dollars amassés au cours des trois derniers mois de 2023, contre moins de 25 millions de dollars au troisième trimestre. Le total est inférieur aux 33 millions de dollars annoncés par le démocrate Joe Biden, qui a annoncé son intention de briguer un second mandat.

La campagne de Trump s’est terminée l’année dernière avec environ 33 millions de dollars en banque, contre près de 46 millions de dollars pour la campagne de Biden.

Le plus grand super PAC soutenant l’ancien président, un groupe connu sous le nom de MAGA Inc, a envoyé 30 millions de dollars au cours du second semestre à un groupe distinct de Trump connu sous le nom de Save America, qui a payé les frais juridiques de l’ancien dirigeant. C’était plus du double de ce qu’il avait envoyé au premier semestre 2023.

Un homme en costume-cravate prend la parole sur un podium et étend les bras, devant une paire de drapeaux.
Le candidat républicain à la présidentielle et ancien président Donald Trump s’adresse aux journalistes mercredi à Washington, DC. (Andrew Harnik/Associated Press)

Trump a été accusé de 91 crimes dans le cadre de quatre actes d’accusation criminels distincts entre mars et août de l’année dernière.

Le transfert de 30 millions de dollars représente également une partie importante des 48 millions de dollars collectés par MAGA Inc au cours du second semestre, ce qui signifie moins d’argent pour MAGA Inc à dépenser pour soutenir les efforts électoraux de Trump.

Les dépenses juridiques de Save America se sont accélérées au second semestre 2023, lorsqu’elle a déclaré avoir dépensé plus de 25 millions de dollars en frais juridiques, selon une analyse Reuters de son dernier dossier. Au cours du premier semestre, le comité a déclaré avoir dépensé environ 22 millions de dollars pour des questions juridiques.

Les donateurs en ligne de Trump sont informés que 10 % de leur contribution sera versée à Save America, selon plusieurs rapports des médias américains.

Les politiciens américains ont traditionnellement eu une grande latitude pour dépenser l’argent collecté grâce aux PAC de leadership comme Save America. Bien que la loi américaine interdise aux candidats d’utiliser l’argent de leur campagne pour leurs dépenses personnelles, la FEC, qui applique la loi sur le financement des campagnes électorales, n’a pas précisé si cette interdiction s’appliquait aux PAC à la direction.

En règle générale, les politiciens ne peuvent pas dépenser l’argent de leur campagne pour des frais juridiques à moins qu’ils ne soient liés à une campagne, mais de nombreuses enquêtes impliquant Trump portent sur sa conduite en tant que président et en tant que candidat politique.

Ces problèmes pourraient prendre des années à être résolus. Trump a nommé les six commissaires républicains sur le panel de 12 membres de la FEC au cours de sa présidence.

Trump est traité injustement, selon un donateur majeur

L’hôtelier Robert Bigelow a déclaré mardi à Reuters qu’il avait donné à Trump 1 million de dollars pour ses frais juridiques et qu’il avait accepté de donner 20 millions de dollars supplémentaires à un groupe extérieur pro-Trump à des fins de campagne.

“Je lui ai donné 1 million de dollars pour ses frais juridiques il y a quelques semaines. J’ai promis de lui donner 20 millions de dollars de plus, qui seront versés au super PAC”, a déclaré le propriétaire de Budget Suites of America, basé au Nevada, dans une interview.

Bigelow a déclaré qu’il estimait que Trump était injustement ciblé dans les affaires pénales et que sa sympathie envers l’ancien président avait motivé le don.

Trump a reçu la semaine dernière un verdict de 83 millions de dollars dans une affaire civile de diffamation intentée par l’écrivain E. Jean Carroll, et un juge devrait se prononcer à tout moment sur la demande du procureur général de New York de 370 millions de dollars de sanctions pour ses fausses déclarations aux banques au sujet de son valeur nette, un cas où il y a déjà eu un constat de fraude sur l’un des principaux chefs d’accusation.

Même si ces jugements feront l’objet d’un appel, Trump a également constaté un changement dans sa représentation juridique. L’avocat Joseph Tacopina a déclaré le mois dernier qu’il se retirait de représenter Trump dans deux des batailles juridiques en cours de l’ancien président.

REGARDER l Trump collecte des fonds suite à ses problèmes juridiques, son sentiment de persécution :

La correspondante politique en chef Rosemary Barton s’entretient avec Josh Wingrove et Melody Barnes du procès en diffamation de Trump et bien plus encore.

Recevez les dernières nouvelles sur CBCNews.ca, l’application CBC News et CBC News Network pour les dernières nouvelles et analyses.

Dates de procès en question

Trump doit comparaître devant un tribunal fédéral le 4 mars pour un acte d’accusation criminel de quatre chefs d’accusation alléguant qu’il a conspiré pour frauder les États-Unis en empêchant le Congrès de certifier la victoire électorale de Biden en 2020, mais les tribunaux examinent si Trump est à l’abri de poursuites pénales pour des actes alors qu’il était président.

Trois juges fédéraux ont entendu des arguments sur ce sujet le mois dernier et n’ont pas encore statué. Il est possible que la question soit ensuite soumise à l’ensemble de la commission d’appel fédérale et à la Cour suprême pour un avis final, ce qui rend la date du 4 mars hautement improbable.

Le 25 mars, il fera face à un procès à New York pour avoir falsifié des documents commerciaux afin de dissimuler des paiements secrets liés à de prétendues relations extraconjugales qu’il ne voulait pas rendre publiques pendant la campagne présidentielle de 2016.

L’immunité présidentielle potentielle de Trump n’entre pas en jeu pour un procès prévu le 20 mai sur des allégations selon lesquelles il aurait illégalement conservé des documents gouvernementaux après avoir quitté la présidence début 2021. Mais le rythme des décisions préalables au procès a remis en question le maintien de cette date de début.

Trump fait également face à un acte d’accusation de 13 chefs d’accusation qui détaille les actes présumés qu’il aurait entrepris pour annuler sa défaite électorale de 2020 en Géorgie. Aucune date n’a encore été fixée pour ce procès.

Source link

Scroll to Top