Les Canadiens sont-ils toujours prêts à jeter un deuxième regard sur Justin Trudeau ?

[ad_1]

Quoi qu’il en soit, Ken McDonald, le député libéral d’Avalon, dit ou voulu dire à propos du leadership de Justin Trudeau, l’évaluation la plus cinglante du premier ministre publiée cette semaine pourrait provenir de Jeanette Dyke, une patronne du Tiny’s Bar and Grill à Paradise, à Terre-Neuve-et-Labrador.

“Je n’en peux plus de Justin Trudeau”, a-t-elle déclaré à Radio-Canada. “Il a du charisme… mais pour moi, il est ennuyeux.”

Ces commentaires témoignent du défi le plus fondamental du leadership politique. Les caméras de télévision qui regardent quotidiennement les hommes politiques magnifient chaque facette et chaque particularité de leur personnalité. Et comme un invité – quelqu’un qui peut être blâmé pour tous les griefs concernant l’économie, le marché immobilier ou le prix de l’essence – les chances d’un dirigeant politique de prolonger son séjour augmentent chaque jour qui passe.

“Je pense que la relation entre un leader politique et le peuple est un peu comme un mariage”, a déclaré cette semaine le député libéral Marcus Powlowski aux journalistes, osant une analogie différente. “Après plusieurs années de mariage, parfois les choses ne semblent pas aussi roses qu’elles l’étaient au début d’une relation. Et si vous demandez aux gens pourquoi, ils ne peuvent pas pointer du doigt une chose en particulier, mais c’est tout un ensemble. un tas de choses.”

Parfois, ce sont de petites choses.

“Au début, ils l’aimaient pour ses cheveux. Maintenant, ils le détestent pour ses cheveux”, a poursuivi Powlowski. “Mais est-ce vraiment une raison pour voter dans l’autre sens et voter contre lui ?”

Pour conserver le pouvoir lors d’une autre élection fédérale – sa quatrième à la tête du Parti libéral – Trudeau n’a probablement pas besoin d’être largement aimé. Il ne peut probablement pas espérer l’être.

Mais il pourrait encore avoir besoin que certaines des personnes qui se sentent un peu fatiguées de lui en ce moment lui jettent un deuxième (ou un troisième ou un quatrième) regard.

Les hauts et les bas de l’image publique de Trudeau

Ce ne serait pas la première fois que les Canadiens reconsidérent Justin Trudeau. Au fil du temps, l’opinion publique à son égard a connu des hauts et des bas.

À l’automne 2014, un peu plus d’un an après qu’il soit devenu chef libéral, Abacus Data a révélé que 39 pour cent des répondants au sondage avaient une opinion positive de Trudeau, comparativement à 29 pour cent qui avaient une opinion négative à son égard. À l’été 2015, avec ses propres faux pas et les publicités d’attaque des conservateurs qui ont rongé sa réputation, ses chiffres personnels étaient au plus bas – 30 pour cent positifs contre 33 pour cent négatifs.

Peu de temps après, il y a eu une poussée qui a porté Trudeau au pouvoir. En novembre 2015, Abacus a constaté que Trudeau avait un score net de plus-37 (56 pour cent positifs, 19 pour cent négatifs).

Ces chiffres se sont érodés au cours des deux années qui ont suivi, comme on peut s’y attendre pour n’importe quel premier ministre. Mais ensuite ils ont plongé avec l’affaire SNC-Lavallin en 2019. Un an plus tard, les chiffres ont inversé la tendance lorsque les Canadiens se sont ralliés à la réponse du gouvernement fédéral à la pandémie.

Un homme barbu parle sur un podium.
Le premier ministre Justin Trudeau tient une conférence de presse à Rideau Cottage, à Ottawa, le vendredi 5 février 2021. (Sean Kilpatrick/La Presse Canadienne)

Les chiffres de Trudeau ne sont redevenus résolument négatifs qu’aux élections de 2021. Mais ce retournement de situation contre le Premier ministre n’a fait que se poursuivre depuis, au point qu’un graphique linéaire des sentiments positifs et négatifs montre désormais un écart béant. Plus tôt ce mois-ci, Abacus a constaté que le score net de Trudeau était de moins-34 (25 pour cent positifs, 59 pour cent négatifs), presque l’inverse de son point le plus élevé en 2015.

Qu’est-ce qui le tire vers le bas maintenant ?

Contrairement à la baisse de 2019, il est difficile de citer un seul événement déclencheur pour expliquer le changement d’attitude du public à l’égard de Trudeau. C’est probablement une combinaison de choses, grandes et petites.

Il y a un plusieurs facteurs cela entraînerait la chute de n’importe quel premier ministre en ce moment. Au moins une partie de la baisse de fortune des libéraux semble coïncider avec les hausses de taux d’intérêt de la Banque du Canada. L’inflation a nettement diminué par rapport à ses récents sommets, mais l’impact de la hausse des prix se fait toujours sentir. Et le gouvernement actuel est au pouvoir depuis maintenant huit ans. (Trudeau est aussi loin d’être le seul leader du G7 aux prises avec l’opinion publique ces jours-ci.)

Et même si les électeurs peuvent finir par se lasser de n’importe quel leader politique, Trudeau ne s’est pas toujours comporté comme un politicien inquiet d’épuiser la patience du public. Il a été un Premier ministre très public et il fait peu de choses en silence, y compris ses vacances de Noël.

Justin Trudeau est entouré de partisans lors d'un événement de campagne libéral.
Le chef libéral Justin Trudeau salue ses partisans lors d’un rassemblement électoral à Surrey, en Colombie-Britannique, le 18 octobre 2015. (Reuters)

Le déclin de sa réputation publique pourrait nécessiter de grandes mesures – quelque chose comme les publicités de campagne libérales de 2015 qui reprenaient directement les affirmations des conservateurs selon lesquelles Trudeau n’était pas « prêt ». Mais Trudeau est également aux prises avec un récit médiatique qui aura tendance à interpréter tout mouvement important comme une preuve de désespoir ou d’agitation.

Ce que les libéraux peuvent faire – et doivent peut-être faire s’ils veulent gagner les prochaines élections – c’est demander aux Canadiens de regarder de plus près les autres.

Les prochaines élections seront-elles un choix ou un référendum ?

“Le plus important, c’est de le comparer aux alternatives”, a déclaré Powlowski cette semaine. “Et je pense que si vous examinez les alternatives, et je pense qu’à mesure que les Canadiens apprendront à mieux connaître Pierre Poilievre, beaucoup de gens se rendront compte : ‘D’accord, Trudeau n’est pas si mauvais.'”

Les libéraux ont intensifié leur attention sur le chef conservateur l’automne dernier et Trudeau a utilisé une partie importante de son discours télévisé au caucus cette semaine pour souligner ses différences avec Poilievre.

Deux hommes politiques se serrent la main lors d'un événement.
Le chef conservateur Pierre Poilievre serre la main du premier ministre Justin Trudeau après les remarques de Poilievre lors d’un rassemblement en faveur d’Israël au Centre communautaire juif Soloway à Ottawa, le 9 octobre 2023. (Justin Tang/La Presse Canadienne)

À l’approche des élections de 2019, l’équipe de Trudeau a intériorisé l’idée que le vote devait être « un choix, pas un référendum ». Ce cadre est probablement deux fois plus important pour les libéraux maintenant. Les libéraux ont remporté ces élections alors que les chiffres personnels de Trudeau étaient dans le rouge : il a commencé cette campagne avec 35 pour cent de positifs et 46 pour cent de négatifs.

À 25 pour cent, Trudeau est évidemment dans une pire situation maintenant. Mais son approbation personnelle n’est pas non plus très inférieure aux 33 % du vote populaire remportés par les libéraux en 2021 – suffisamment pour remporter 160 sièges et conserver le gouvernement.

Si (ou quand) l’inflation diminue suffisamment pour que les électeurs s’en aperçoivent, et si les taux d’intérêt baissent en parallèle, certains des nuages ​​sombres entourant Trudeau et son gouvernement pourraient se dissiper. Cela pourrait permettre aux Canadiens de le voir sous un jour différent.

C’est peut-être le meilleur scénario que Trudeau puisse espérer. D’un autre côté, il pourrait atteindre un point (si ce n’est pas déjà fait) où trop d’électeurs ne veulent tout simplement pas l’entendre – où, quoi qu’il arrive, Le gouvernement Trudeau doit dire pour lui-mêmeune masse critique d’électeurs n’en peut tout simplement plus, lui et ses cheveux.

Et si les conservateurs parviennent à transformer les prochaines élections en référendum sur Trudeau, l’électeur canadien pourrait finir par décider d’épouser quelqu’un de très différent.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top