Les Canadiens palestiniens disent que leurs familles meurent à Gaza en attendant de venir au Canada

[ad_1]

Maher Alanqar s’est assis et a regardé son neveu souffrir. La vidéo – tournée par un journaliste indépendant de CBC News – a capturé chaque cri, chaque spasme alors qu’Adam Abu Ajwa, 10 ans, appelait à l’aide après que la maison où il réfugiait avec ses parents et ses frères et sœurs à Khan Younis, à Gaza, ait été frappée par un grenade le 17 janvier.

Adam a subi des brûlures au troisième degré ; sa sœur aînée Zeina, 26 ans, s’en est sortie avec des brûlures et des fractures après avoir été coincée sous les décombres pendant des heures. Ils étaient les seuls à survivre dans la maison. Leur mère Hana et leur frère aîné Amr sont morts et ont été enterrés dans la cour de l’hôpital Nasser, l’un des principaux hôpitaux du centre de la bande de Gaza.

La bouche d’Alanqar se contractait à chaque cri alors qu’il regardait les médecins travailler pour soigner les blessures du garçon sans anesthésie. Il a déclaré à CBC News le 4 février qu’il avait demandé à faire sortir sa sœur et ses enfants de Gaza dans le cadre d’un programme de mesures d’immigration spéciales pour les membres de la famille élargie des Canadiens palestiniens.

Ils attendaient des nouvelles lorsque leur maison a été touchée.

“C’est dur… C’est dur de regarder ça”, a déclaré Alanqar.

“Nous sommes assis ici… dans un endroit sûr au Canada. J’ai mes enfants avec moi mais mes sœurs, ma nièce et mon neveu, ils ne sont pas en sécurité. Et nous ne savons pas quoi faire, comment les aider. , comment les sortir de là.”

REGARDER | L’attente angoissante d’un Canadien pour faire sortir ses proches de Gaza :

L’attente angoissante d’un Canadien pour faire sortir ses proches de Gaza

Un mois après que le gouvernement fédéral s’est engagé à délivrer des visas temporaires aux Gazaouis ayant des parents canadiens, les familles attendent toujours. Y compris Maher Alanqar, qui a vu plusieurs membres de sa famille mourir entre-temps et qui se bat pour mettre les survivants en sécurité.

Le gouvernement fédéral a lancé ce programme spécial le mois dernier après que les Canadiens palestiniens ont demandé pendant des mois de l’aide pour faire sortir leurs proches de Gaza.

Le programme offre des visas à un maximum de 1 000 résidents de Gaza, leur permettant de se réfugier au Canada pendant trois ans si leurs familles sont prêtes à les soutenir financièrement pendant cette période. Le ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, Marc Miller, a déclaré que la limite de 1 000 demandes n’était pas un plafond strict et qu’elle pourrait être prolongée.

Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada affirme que près de 1 000 demandes dans le cadre du programme ont atteint la deuxième phase et attendent une décision finale en matière d’admissibilité.

Environ 1 200 personnes ont été tuées en Israël le 7 octobre lors d’attaques menées par le Hamas, dont plusieurs Canadiens ; Les responsables israéliens ont déclaré que 253 autres personnes avaient été prises en otage et qu’environ 130 d’entre elles n’étaient pas encore rentrées chez elles. Les responsables palestiniens affirment que plus de 27 000 personnes ont été tuées dans la réponse militaire israélienne aux attaques menées par le Hamas.

Des gens sont assis par terre à côté d’une rangée de corps recouverts de draps blancs.
Des gens réagissent à côté des corps de Palestiniens tués lors d’une frappe israélienne à la morgue de l’hôpital Nasser, le 7 novembre 2023. (Mohammed Salem/Reuters)

Un porte-parole de Miller a confirmé à CBC News qu’aucune personne inscrite au Canada n’a pu fuir Gaza dans le cadre du nouveau programme. De nombreux Canadiens palestiniens attendent donc avec impatience que leurs proches aient été autorisés à partir – ou qu’ils aient rejoint la liste croissante des victimes de la guerre entre Israël et le Hamas.

Alanqar a déclaré qu’il avait postulé au nom de sa sœur et de ses enfants le 9 janvier, lors de l’ouverture du programme. Hana et Amr sont décédés huit jours seulement après que leur demande ait été soumise à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada.

Il a déclaré qu’il espérait désormais pouvoir sortir sa nièce et son neveu de la zone de guerre avant qu’il ne soit trop tard, mais il n’a pas encore reçu de réponse du gouvernement fédéral sur l’état des demandes.

“Vous essayez d’aider, mais le processus ou le système dans son ensemble ne vous aide pas, que ce soit ici ou là”, a-t-il déclaré. “Personne n’a rien fait jusqu’à présent.”

REGARDER | Un homme de Calgary essaie de faire sortir sa sœur enceinte de Gaza :

Un homme de Calgary tente de faire sortir sa sœur enceinte de Gaza

Tamer Jarada, un résident de Calgary, qui dit avoir perdu 16 membres de sa famille depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, a déclaré à Rosemary Barton Live qu’il essayait de faire sortir sa sœur enceinte de Gaza en utilisant le processus spécial de demande de visa du Canada.

Tamer Jarada, de Calgary, a déclaré avoir perdu 16 membres de sa famille depuis le début de la guerre. Il a déclaré qu’il avait demandé à faire venir le reste de sa famille de Gaza au Canada le 9 janvier – y compris sa sœur, qui est enceinte et devrait accoucher le 5 février.

Jarada est arrivé à la deuxième étape du processus de demande, ce qui lui a permis de demander un visa de résidence temporaire pour sa sœur. Mais il a déclaré qu’il n’avait pas eu de nouvelles d’Immigration Canada concernant les prochaines étapes depuis des semaines.

“Chaque fois que j’appelle, elle pleure. Elle me supplie de l’aider”, a-t-il déclaré. “Je fais de mon mieux pour l’aider, mais mon gouvernement n’écoute pas, ne fait pas ce qu’il est censé faire.”

Dans une entrevue avec Rosemary Barton de la CBC diffusée dimanche, la ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré qu’elle et Miller travaillaient fort sur cette question.

“Nous avons pris un engagement envers ces familles. Je sais que ces familles attendent aussi avec impatience de partir”, a-t-elle déclaré. “C’est pourquoi nous continuerons à faire pression sur les autorités israéliennes ainsi que sur le gouvernement égyptien, dont nous avons également besoin de l’autorisation.”

Joly a déclaré que faire sortir les gens de Gaza était une priorité absolue pour le gouvernement.

“Vous avez mon engagement personnel, les Canadiens ont mon engagement personnel, à savoir qu’il s’agit d’une priorité très importante”, a-t-elle déclaré.

REGARDER | La ministre des Affaires étrangères Joly sur le fait de faire sortir les proches des Canadiens de Gaza :

Le Canada soutient les efforts visant à retrouver les enfants ukrainiens expulsés de force, déclare Joly

La ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly a effectué vendredi un voyage surprise en Ukraine. Rosemary Barton, correspondante politique en chef de CBC, a parlé à Joly de l’initiative d’Ottawa visant à réunir les familles là-bas, ainsi que de l’escalade des tensions à travers le Moyen-Orient.

Dans une entrevue du 9 janvier avec David Cochrane, animateur de l’émission CBC Pouvoir et politique, Miller a déclaré que le gouvernement ne pouvait offrir aucune « garantie » aux personnes cherchant son aide pour fuir Gaza. Il a évoqué les problèmes persistants liés à l’accès au point de passage de la porte de Rafah entre Gaza et l’Égypte.

“Ce sont des éléments qui ne sont pas sous le contrôle des autorités canadiennes”, a-t-il précisé. “En plus de ces deux acteurs (Israël et Egypte), le Hamas, une organisation terroriste qui a commis d’innombrables atrocités, a son mot à dire et joue parfois à des jeux au même poste frontière.”

Miller a également souligné les problèmes rencontrés par les autorités canadiennes lors de l’évacuation des Canadiens de l’enclave en novembre 2023, citant la façon dont le poste frontalier serait fermé dans un délai très court.

“Il n’y a donc aucune garantie que les gens puissent sortir, mais l’effort en vaut la peine”, a-t-il déclaré. “Nous pensons que c’est la chose humaine à faire pour les Canadiens qui ont des liens avec des personnes qui tentent simplement de rester en vie.”

De retour au complexe hospitalier Nasser à Khan Younis, Zeina Abu Ajwa passe ses journées assise près du lit de son frère, le réconfortant dans son agonie à chaque fois que ses bandages sont changés.

“Il souffre de brûlures au troisième degré aux deux jambes, donc changer tous les jours est très important. Mais cela provoque beaucoup de douleur”, a-t-elle déclaré.

Une femme est assise à une table.
Hana Alanqar, 48 ans, a été tuée le 17 janvier lorsqu’une grenade a explosé près de la maison où elle et sa famille se réfugiaient à Khan Younis, à Gaza. (Avec l’aimable autorisation de Safa Alanqar)

Elle a déclaré que le jour de l’attaque, il a fallu des heures pour que quelqu’un leur vienne en aide.

“Nous avons vécu près de 10 heures d’horreur et de douleur. J’ai passé huit heures sous les décombres”, a-t-elle déclaré. “Mon frère était en pleine hémorragie.”

Alanqar a déclaré qu’il souhaitait voir plus de la part du gouvernement fédéral que des expressions de sympathie.

“Sauver des vies devrait être la priorité absolue de tout gouvernement ou de tout responsable”, a-t-il déclaré. “Ma mère était dévastée parce qu’elle ne pouvait pas dire le dernier mot au revoir à sa fille…

“Les parents s’attendent à ce que leurs enfants les enterrent, et non l’inverse.”

Source link

Scroll to Top