Les alliés transgenres se rassemblent à Calgary et à Edmonton pour s’opposer aux politiques gouvernementales proposées

[ad_1]

Des manifestants se sont rassemblés samedi à Calgary et à Edmonton pour soutenir la communauté transgenre de la province et exprimer leur mécontentement face aux nouvelles mesures proposées par la première ministre Danielle Smith concernant l’identité de genre des étudiants, les politiques sportives et chirurgicales de la province.

À Edmonton, des centaines de militants, alliés et membres de la communauté transgenre se sont rassemblés au parc Dr Wilbert McIntyre, dans le vieux Strathcona.

À Calgary, plus d’un millier de personnes ont participé à la manifestation devant l’hôtel de ville.

Rowan Morris, de Trans Rights YEG, l’un des groupes à l’origine du rassemblement d’Edmonton, a déclaré que les politiques proposées sont non seulement préjudiciables aux jeunes trans, mais aussi à l’ensemble de la communauté trans de l’Alberta.

« Sachant qu’il y a des jeunes qui vont grandir dans un environnement où ils ne sont pas en sécurité, et connaissant les statistiques derrière les soins d’affirmation de genre, nous sommes ici aujourd’hui parce que ce qui se passe n’est absolument pas acceptable », a déclaré Morris.

Morris, qui utilise les pronoms il/lui et ils/eux, a déclaré que l’Alberta dont il est tombé amoureux lorsqu’il a déménagé dans la province en 2015 a changé.

“J’avais l’impression d’être arrivé à mon premier jour de lycée et c’était bien d’être nouveau parce que tout le monde avait été nouveau auparavant, tout le monde avait été différent avant”, a déclaré Morris.

“Mais je ne ressens plus cela en Alberta aujourd’hui. Je ne ressens pas cet accueil pour les personnes différentes. Je ne ressens pas cette appréciation de l’individualité. Ce que je ressens en ce moment, c’est un recul complet des personnes trans et les droits des homosexuels et un étouffement complet de qui nous sommes en tant que peuple. »

Eddie Punko, qui a assisté au rassemblement à Edmonton, s’est dit dévasté après avoir entendu parler des politiques proposées.

“Il y a tellement d’enfants avec lesquels je travaille (qui) sont tellement excités à l’idée d’explorer leur identité et de grandir. Mais ce genre de politiques rend très difficile de penser même à grandir et à devenir adulte alors qu’il est si difficile d’exister simplement en tant qu’enfant. personne.”

Punko a ajouté qu’une partie de la raison pour laquelle il avait assisté au rassemblement était de répandre la joie dans un contexte d’incertitude.

“Quelles que soient les politiques mises en place (qui disent) que vous ne méritez pas d’être en sécurité, nous sommes tous ici pour dire que c’est le cas et que nous vous aimons tellement”, a-t-il déclaré en s’adressant à la communauté transgenre.

Des manifestants brandissent le drapeau LGBTQ lors d'un rassemblement.
À Edmonton, les alliés de la communauté transgenre se sont rassemblés au parc Dr Wilbert McIntyre, dans le vieux Strathcona. (Charles Delisle/Radio-Canada)

Un petit nombre de représentants du groupe 1 Million March 4 Children, qui s’oppose à l’éducation à l’identité de genre dans les écoles, était également présent à Calgary pour manifester son soutien aux politiques proposées par le premier ministre.

Jeudi, Smith a déclaré que son gouvernement présenterait un projet de loi cet automne pour soutenir les changements politiques prévus affectant les jeunes et les adultes transgenres et non binaires.

Les mesures proposées sont :

  • Les opérations chirurgicales du haut et du bas seront interdites aux mineurs de 17 ans et moins. Les médecins affirment que les opérations du bas ne sont pas pratiquées sur les jeunes et que les opérations du haut sont rares.
  • Les bloqueurs de puberté et les thérapies hormonales visant à affirmer le genre ne seront pas autorisés pour les enfants âgés de 15 ans et moins.
  • Les jeunes âgés de 16 et 17 ans seront autorisés à commencer des thérapies hormonales pour affirmer leur genre « à condition qu’ils soient jugés suffisamment matures » et qu’ils aient l’approbation de leurs parents, d’un médecin et d’un psychologue.
  • Une notification et un consentement parentaux seront requis pour qu’une école puisse modifier le nom ou les pronoms d’un enfant de moins de 15 ans. Les élèves de 16 ou 17 ans n’auront pas besoin d’autorisation, mais les écoles devront d’abord en informer leurs parents.
  • Les parents devront « inscrire » leurs enfants chaque fois qu’un enseignant envisage d’enseigner l’identité de genre, l’orientation sexuelle ou la sexualité. La loi de l’Alberta exige actuellement une notification parentale et leur donne la possibilité de retirer les étudiants.
  • Tout matériel pédagogique tiers sur l’identité de genre, l’orientation sexuelle ou la sexualité devra être approuvé au préalable par le ministère de l’Éducation.
  • Les femmes transgenres seront interdites de compétition dans les ligues sportives féminines. Smith a déclaré que le gouvernement travaillerait avec les ligues pour créer des divisions sportives mixtes ou non sexistes.

Plus à venir

[ad_2]

Source link

Scroll to Top