Le Québec juge le recours collectif d’OK concernant les éclosions de COVID-19 dans les foyers de soins de longue durée

[ad_1]

Un juge québécois a donné le feu vert à un recours collectif alléguant que le gouvernement du Québec a commis une série d’erreurs au début de la pandémie qui ont contribué à de vastes épidémies et à des milliers de décès.

La poursuite a été déposée au nom de tous les résidents des foyers publics de soins de longue durée (ou CHSLD, comme on les appelle au Québec) qui ont connu des éclosions majeures de COVID-19 entre le 13 mars 2020 et le 20 mars 2021.

Cela signifie que 118 foyers de soins de longue durée sont visés par le recours collectif, selon Patrick Martin-Ménard, l’avocat qui a fait pression pour que le recours soit autorisé.

“Ce qui s’est passé en mars 2020 n’était pas une tempête dans un ciel bleu”, a déclaré l’avocat lors d’une conférence de presse mardi.

“Nous ne savions peut-être pas ce qu’était le COVID, mais nous connaissions les risques d’une pandémie et nous connaissions les moyens de nous y préparer.”

La poursuite devant la Cour supérieure allègue que la réponse de la province aux deux premières vagues de COVID-19 a été improvisée et qu’un plan préexistant en cas de pandémie a été ignoré jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

La poursuite demande une indemnisation d’au moins 100 000 $ pour chaque membre infecté, 40 000 $ pour les membres du groupe qui ne sont pas tombés malades et une indemnisation supplémentaire pour les familles des deux groupes.

Le recours collectif vise également à obtenir 10 millions de dollars supplémentaires en dommages-intérêts punitifs et allègue que les décisions du gouvernement – ​​notamment le transfert des patients hospitalisés vers des centres de soins de longue durée – ont entraîné des décès supplémentaires.

Jean-Pierre Daubois est le principal plaignant du procès.

Sa mère, Anna José Maquet, 94 ans, est décédée au CHSLD Ste-Dorothée, à Laval, au Québec, en avril 2020. Il a déclaré que sa mère avait souffert du manque de soins.

Homme parlant.
Patrick Martin-Ménard, vu ici lors d’une conférence de presse en 2021, a déclaré que la province avait ignoré son propre plan de lutte contre la pandémie au début de 2020, lorsque la COVID-19 a commencé à circuler au Québec. (Ivanoh Demers/Radio-Canada)

“Quand j’ai vu les conditions dans lesquelles ma mère est décédée, mon premier réflexe a été d’appeler le coroner car pour moi cela ressemblait à une négligence criminelle”, a déclaré mardi Daubois.

Plus de 5 000 personnes sont décédées dans les centres de soins de longue durée du Québec au cours de la période couverte par la poursuite.

Ces décès ont conduit à un enquête publique qui était dirigée par la coroner Géhane Kamel.

En 2021, l’enquête a entendu les témoignages de 220 témoins, dont des représentants du gouvernement, des employés des foyers de soins de longue durée et des proches de personnes décédées.

Kamel a émis 23 recommandations à l’intention du gouvernement provincial.

La liste complète des 118 CHSLD visés par la poursuite est disponible ici.

REGARDER | Voici quelques témoignages sur les décès dus à la COVID-19 au Québec :

« Ils les ont laissés mourir » dans les foyers de soins de longue durée les plus touchés, déclare un représentant syndical à l’enquête

Une enquête du coroner en cours au Québec revient sur ce qui s’est passé au printemps 2020 dans les résidences pour personnes âgées, où se sont produits plus de 60 pour cent des décès dus au COVID-19 dans la province.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top