Le NPD menace de recourir à des tactiques dilatoires et à la fin de l’entente avec les libéraux en raison de la lenteur des négociations sur l’assurance-médicaments

[ad_1]

Le NPD fédéral a averti son personnel de la Colline du Parlement de se préparer à une éventuelle rupture soudaine de l’accord d’approvisionnement et de confiance entre le parti et les libéraux – un accord de coopération bipartite qui pourrait retarder des élections anticipées.

Une source haut placée du NPD, qui n’était pas autorisée à parler publiquement, a déclaré à CBC News que le parti avait tenu une réunion mardi pour dire aux membres du personnel que, avec les négociations avec les libéraux de Trudeau sur l’assurance-médicaments qui s’éternisent, l’accord pourrait être bientôt tombé.

La source a également déclaré que le parti cherche à accroître la pression sur le gouvernement en refusant de soutenir les mesures qui accélèrent le débat sur les projets de loi à la Chambre des communes, comme l’attribution de temps et les séances en soirée. L’attribution de temps permet au gouvernement de fixer des limites à la durée pendant laquelle le débat peut se poursuivre avant le déclenchement d’un vote.

Une source a déclaré à Radio-Canada que le parti pourrait ralentir l’adoption d’un projet de loi clé du gouvernement mettant en œuvre l’énoncé économique de l’automne. Il pourrait également refuser l’aide des députés libéraux aux comités face aux manœuvres politiques des autres partis.

«Nous en avons assez de faire des conneries», a déclaré en français une source haut placée du NPD.

“Les libéraux ont promis (l’assurance-médicaments), ils ont signé l’accord, maintenant ils doivent livrer la marchandise”, a déclaré une autre source du parti.

La source a déclaré que les discussions avec le gouvernement sur l’assurance-médicaments ont été productives, mais difficiles, car les libéraux n’ont pas encore offert d’engagements concrets. Une source a déclaré à Radio-Canada que le NPD n’avait pas reçu de contre-offre du gouvernement sur l’assurance-médicaments depuis décembre.

Selon le libellé de l’accord de subsides et de confiance – qui voit les néo-démocrates soutenir le gouvernement sur des votes clés, évitant ainsi des élections anticipées dans un Parlement minoritaire – le NPD a exigé l’adoption d’une loi canadienne sur l’assurance-médicaments d’ici la fin de 2023. En décembre, les deux parties ont convenu de prolonger le délai jusqu’au 1er mars.

«Nous avons besoin d’une version finale du projet de loi prête pour le 1er mars», a déclaré en français une autre source néo-démocrate à Radio-Canada.

REGARDER : Singh met en garde contre les conséquences si les libéraux ne respectent pas leur engagement en matière d’assurance-médicaments

Jagmeet Singh met en garde contre les répercussions si les libéraux ne respectent pas une autre date limite pour l’assurance-médicaments

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, affirme qu’il y aura des conséquences pour les libéraux s’ils ne respectent pas la nouvelle date limite pour déposer un projet de loi sur l’assurance-médicaments, le 1er mars.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a intensifié la pression sur le premier ministre Justin Trudeau dans ses récentes déclarations.

“Si l’accord est rompu, toutes les conditions de l’accord sont donc rompues”, a déclaré Singh le 5 février.

Singh a rencontré Trudeau lundi. Les deux se rencontrent occasionnellement pour discuter des termes de l’accord d’approvisionnement et de confiance.

Pierres d’achoppement

Les négociations sur l’assurance-médicaments semblent devenir de plus en plus complexes à mesure qu’elles se prolongent. Les néo-démocrates insistent sur un régime d’assurance médicaments entièrement public et universel. Ils réclament également une couverture précoce de certains médicaments clés avant que le régime complet d’assurance-médicaments soit en place — une condition qui ne faisait pas partie de leur accord initial avec les libéraux.

“C’est clair qu’on n’est pas toujours sur la même longueur d’onde”, a déclaré à Radio-Canada une source libérale proche de l’état des négociations. “Mais nous sommes prêts à avoir des conversations difficiles.”

En 2019, un conseil consultatif fédéral dirigé par l’ancien ministre de la Santé de l’Ontario, Eric Hoskins, a exhorté le Canada à mettre en œuvre un régime public d’assurance-médicaments universel et à payeur unique.

Un homme en costume passe devant une rangée de drapeaux canadiens.
Un conseil consultatif sur l’assurance-médicaments présidé par le Dr Eric Hoskins a déclaré qu’un plan pourrait coûter au gouvernement fédéral 3,5 milliards de dollars par an s’il commençait par couvrir les médicaments essentiels. (Sean Kilpatrick/Presse Canadienne)

Son rapport estime qu’un tel programme coûterait au gouvernement fédéral 3,5 milliards de dollars par an s’il commençait par couvrir les médicaments essentiels.

“C’est une grande différence en termes d’argent”, a déclaré la source libérale, qui a laissé entendre que le bureau de la ministre des Finances, Chrystia Freeland, exerçait des pressions pour limiter les nouvelles dépenses dans le budget du printemps.

“Nous avons un équilibre à gérer. Le coût de cette mesure serait très important.”

Malgré le ton plus conflictuel de la part des néo-démocrates ces derniers temps, la source libérale a déclaré que les discussions en coulisses ont été « fréquentes et cordiales ».

Tensions au sein du caucus du NPD

Si Singh ressent maintenant le besoin d’intensifier la pression sur Trudeau, c’est peut-être parce qu’il fait face à des pressions internes de la part de son propre caucus.

Des sources affirment que certains députés néo-démocrates se sentent menacés par leurs adversaires conservateurs dans différentes régions du pays. Ils disent craindre que leur association avec les libéraux ne devienne un fardeau qui pourrait nuire à leurs chances de réélection – et ils ont besoin d’une victoire majeure en matière d’assurance-médicaments pour augmenter leurs chances.

«C’est d’une importance capitale pour les personnes âgées de ma circonscription», a déclaré un député néo-démocrate. “Cela représente une part importante de leur budget mensuel. Il faut pousser les libéraux jusqu’au bout.”

Ce ne serait pas la première fois que Singh menace de se retirer de l’accord si les libéraux ne répondent pas aux attentes. L’accord prévoyait également un programme de couverture dentaire pour les Canadiens à revenu moyen ou faible. Alors que les négociations sur les soins dentaires traînaient en longueur, Singh a également menacé de retirer son soutien.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top