Le NPD demande aux libéraux de commencer à couvrir certains médicaments alors que les partis négocient l’assurance-médicaments

[ad_1]

Les néo-démocrates ont demandé aux libéraux de commencer à couvrir une poignée de médicaments essentiels alors que les négociations se poursuivent en coulisses sur l’élaboration d’un système d’assurance-médicaments.

Une source haut placée du NPD, non autorisée à parler publiquement, a déclaré à CBC que le NPD a demandé aux libéraux non seulement de présenter une loi sur l’assurance-médicaments, mais également de commencer à couvrir plusieurs médicaments vitaux pour des maladies comme le diabète.

La source haut placée du NPD, proche des négociations, a déclaré que les libéraux avaient accepté de couvrir moins de cinq médicaments. Le bureau du ministre de la Santé, Mark Holland, n’a pas confirmé cette information.

La source du NPD a déclaré que la couverture médiatique devrait commencer le plus tôt possible, mais elle n’a pas pu dire avec précision quand.

Aux termes de l’accord d’approvisionnement et de confiance entre le NPD et les libéraux — qui prévoit que le NPD soutient le gouvernement libéral minoritaire lors de votes de confiance en échange d’une action sur les priorités politiques des néo-démocrates — le Canada était censé voir une loi décrivant les principes de l’assurance-médicaments et un plan pour commencer à couvrir certains médicaments d’ici 2025.

Selon le libellé de cet accord, le gouvernement n’aurait pas besoin « d’élaborer un formulaire national de médicaments essentiels et un plan d’achat en gros d’ici la fin de l’accord ».

S’adressant aux journalistes, le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies, n’a pas voulu dire si les libéraux et le NPD discutaient d’une accélération de la couverture de certains médicaments. CBC a demandé à Davies s’il s’attendait à ce que le budget libéral de 2024 contienne de nouvelles dépenses en matière d’assurance-médicaments.

“Pas nécessairement”, a-t-il répondu.

Davies a déclaré que la priorité principale du NPD est d’élaborer un cadre législatif pour l’assurance-médicaments.

Deux hommes en costumes se tiennent sur un podium.  Un panneau en arrière-plan indique "Régime canadien de soins dentaires."
Le porte-parole du NPD en matière de santé, Don Davies, et le ministre de la Santé, Mark Holland, écoutent une question suite à une annonce sur les soins dentaires, le lundi 11 décembre 2023, à Ottawa. (Adrian Wyld/La Presse Canadienne)

“Nous ne parlons pas d’une dépense d’argent avant plusieurs années”, a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une pause lors de la retraite du caucus du NPD à Edmonton jeudi.

“Ce sur quoi nous nous concentrons maintenant, c’est que nous luttons pour trouver la bonne façon de fournir les médicaments sur ordonnance aux Canadiens, et c’est un système public.”

Les néo-démocrates et les libéraux ont fixé au 1er mars la nouvelle date limite pour le dépôt d’un projet de loi sur l’assurance-médicaments. Davies a déclaré qu’il prévoyait de rencontrer Holland la semaine prochaine au retour du Parlement.

La source haut placée du NPD a déclaré que l’un des principaux points de friction réside dans les différends sur ce que les partis entendent réellement par assurance-médicaments.

Le NPD réclame un système universel

Bien que l’accord signé par les libéraux et le NPD ne définisse pas l’assurance-médicaments, les néo-démocrates ont insisté sur un système universel qui serait offert et administré publiquement, avec le gouvernement fédéral comme payeur unique.

S’exprimant lors d’une assemblée publique à Edmonton mardi, le chef du NPD, Jagmeet Singh, a décrit les négociations avec les libéraux.

“Don (Davies) a décrit sa collaboration avec les libéraux comme une lutte contre des anguilles trempées dans l’huile”, a déclaré Singh à l’auditoire, ce qui lui a valu quelques rires. “Ils sont juste gluants. Ils ne respectent pas leurs promesses. Ils disent une chose et essaient de s’en sortir.”

MONTRE : Jagmeet Singh décrit ce que signifie travailler avec les libéraux

Singh dit que travailler avec les libéraux, c’est comme lutter contre des anguilles trempées dans l’huile

Alors que les néo-démocrates négocient un accord sur l’assurance-médicaments, le chef du NPD, Jagmeet Singh, compare la collaboration avec les libéraux à une lutte contre des anguilles trempées dans l’huile.

Singh a déclaré que le NPD souhaite un régime d’assurance-médicaments qui soit là pour les travailleurs et les familles. Il a affirmé que les libéraux voulaient un plan qui plaise à l’industrie pharmaceutique et aux « grandes assurances ».

Le président d’une association qui représente le secteur des assurances met en garde contre l’adoption du modèle privilégié par le NPD.

“Un programme à payeur unique dépensera des milliards inutiles pour perturber les régimes d’assurance maladie en milieu de travail existants qui rendent déjà un plus grand nombre de médicaments sur ordonnance plus abordables pour des millions de personnes”, a déclaré Stephen Frank, président et chef de la direction de l’Association canadienne des compagnies d’assurances de personnes. une déclaration précédente.

L’un des principaux experts canadiens en matière de régime d’assurance-médicaments, Steve Morgan, de l’Université de la Colombie-Britannique, a déclaré que la mise en œuvre d’un régime d’assurance-médicaments réduirait le coût des médicaments pour les Canadiens et les hôpitaux grâce au pouvoir d’achat global d’un négociateur et d’un acheteur unique.

“(C’est) le seul système à notre connaissance capable d’équilibrer le pouvoir de marché extraordinaire que les fabricants de produits pharmaceutiques exercent dans le monde entier avec un fort pouvoir d’achat créé par une sorte d’agence nationale”, a déclaré Morgan.

Lors de la retraite du cabinet libéral lundi, Holland a déclaré aux journalistes que le gouvernement évoluait dans un « environnement budgétaire restreint » et que « ses ambitions devaient être tempérées ».

Un homme en costume passe devant une rangée de drapeaux canadiens.
Le Dr Eric Hoskins, président du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments, arrive à une conférence de presse au Théâtre national de la presse à Ottawa le mercredi 12 juin 2019. (Sean Kilpatrick/Presse Canadienne)

Un groupe qui a étudié la mise en œuvre d’un programme national d’assurance-médicaments, dirigé par l’ancien ministre de la Santé de l’Ontario, Eric Hoskins, a exhorté le Canada à mettre en œuvre un régime public d’assurance-médicaments universel et à payeur unique.

Leur rapport estime qu’un tel programme coûterait au gouvernement fédéral 15,3 milliards de dollars par an, mais que le Canada économiserait 5 milliards de dollars sur les dépenses en médicaments d’ordonnance.

La source néo-démocrate a déclaré que le parti ne demande pas au gouvernement d’adopter immédiatement un système d’assurance-médicaments universel à payeur unique, mais d’adopter une approche progressive qui s’intensifiera au fil du temps.

C’est essentiellement ainsi que le régime d’assurance-maladie a été déployé partout au pays. En 1957, Ottawa a d’abord proposé de couvrir les visites à l’hôpital, suivant les traces du gouvernement de la Saskatchewan. Les Canadiens devaient toujours payer pour les visites chez le médecin.

Le gouvernement de Lester Pearson a introduit la Medical Care Act en 1966, proposant de partager les coûts des services médicaux. Ce n’est qu’en 1972 que toutes les provinces et tous les territoires se sont dotés d’une assurance publique universelle pour les services médicaux.

Cependant, des décennies plus tard, le Canada est le seul pays développé au monde doté d’un système universel financé par l’État qui n’inclut pas les médicaments sur ordonnance.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top