Le géant chinois de l’immobilier Evergrande a été condamné à sa liquidation suite à l’échec des négociations sur la dette | Économie

Un tribunal de Hong Kong ordonne au promoteur de mettre fin à ses activités après avoir constaté que l’entreprise ne dispose d’aucun plan de restructuration viable.

Le géant chinois de l’immobilier en difficulté, le groupe Evergrande, a reçu l’ordre de se liquider, une décision susceptible de porter un nouveau coup à la confiance dans la deuxième économie mondiale.

Un tribunal de Hong Kong a rendu sa décision lundi après que l’entreprise n’ait pas réussi à convaincre un juge qu’elle disposait d’un plan réalisable pour restructurer quelque 300 milliards de dollars de dettes.

“Ce serait une situation où le tribunal dirait que ça suffit”, a déclaré la juge Linda Chan.

“J’estime qu’il est approprié que le tribunal prononce une ordonnance de liquidation judiciaire à l’encontre de la société, et je l’ordonne.”

La décision fait suite à 18 mois de querelles juridiques après que le créancier Top Shine a déposé en 2022 une requête visant à liquider le promoteur dans le but de récupérer ses pertes.

Evergrande, le développeur le plus endetté au monde, avait bénéficié d’un bref sursis en décembre après avoir affirmé qu’il cherchait à affiner son plan de restructuration.

Le défaut de remboursement d’Evergrande envers les investisseurs internationaux en 2021 a provoqué une onde de choc dans le secteur immobilier chinois, qui représente environ 15 à 30 % de l’économie.

Plus de 50 promoteurs immobiliers chinois ont été en défaut ou ont manqué leurs paiements au cours des trois dernières années, selon l’agence de notation Standard and Poor’s.

Les actions d’Evergrande cotées à Hong Kong ont plongé de plus de 20 % à la suite de la décision, avant que la bourse de la ville n’arrête ses échanges.

Cette décision est le dernier d’une série de signes avant-coureurs pour l’économie chinoise de 18 000 milliards de dollars, qui est confrontée à des défis allant de la répression contre l’industrie privée au déclin de la population et à l’exode des capitaux étrangers.

La croissance officielle du PIB chinois de 5,2 % l’année dernière a été la pire performance depuis des décennies, sans compter la pandémie de COVID-19.

Après la décision de lundi à Hong Kong, le sort du bilan d’Evergrande est incertain.

Alors que la Chine a récemment signé un accord de reconnaissance mutuelle en matière d’insolvabilité et de restructuration avec la région semi-autonome de Hong Kong, il n’est pas clair si les tribunaux du continent sanctionneraient les liquidateurs saisissant les actifs des promoteurs dans le pays.

Le système de common law de Hong Kong, adopté pendant l’ère coloniale britannique, se distingue des tribunaux contrôlés par le parti communiste chinois.

Les tribunaux de Chine continentale ont parfois reconnu des décisions de mise en faillite à Hong Kong, notamment une décision rendue en 2022 à Shenzhen concernant la réorganisation d’une entreprise de fabrication de papier.

Scroll to Top