Le Bureau de la concurrence enquête sur des clauses immobilières restrictives dans le secteur canadien de l’épicerie

[ad_1]

Entreprise·Nouveau

Le Bureau de la concurrence affirme enquêter sur l’utilisation de clauses de propriété, qui limitent la manière dont les biens immobiliers peuvent être utilisés par les concurrents, dans le secteur canadien de l’épicerie.

Watchdog affirme que les clauses rendent plus difficile l’ouverture de nouveaux supermarchés

Un client vêtu d’une veste marron regarde de la viande dans l’allée d’une épicerie.
Un client fait ses courses à l’épicerie Metro à Montréal le 26 octobre 2022. Le Bureau de la concurrence affirme qu’il enquête sur l’utilisation de clauses de propriété, qui limitent la façon dont les biens immobiliers peuvent être utilisés par les concurrents, dans le secteur canadien de l’épicerie. (Ivanoh Demers/CBC)

Le Bureau de la concurrence dit enquêter sur le recours à des clauses immobilières restrictives dans le secteur alimentaire canadien.

Le sous-commissaire Anthony Durocher a déclaré devant un comité de la Chambre des communes étudiant les prix des aliments que ces mesures, souvent appelées « contrôles de propriété », peuvent constituer un obstacle majeur à l’entrée et à l’expansion sur le marché canadien.

Dans le rapport du Bureau de juin 2023 sur la concurrence dans le secteur de l’épicerie, il décrit les contrôles immobiliers comme des clauses ajoutées à un bail ou à un acte qui limitent la manière dont les biens immobiliers peuvent être utilisés par les concurrents.

Cela peut inclure la limitation des types de magasins pouvant ouvrir dans un centre commercial ou la limitation du type de magasin autorisé à ouvrir à cet endroit après le départ d’un locataire de la propriété.

Par exemple, si une épicerie déménage à proximité, la clause de contrôle de propriété pourrait empêcher un concurrent d’entrer dans l’ancien magasin.

Le rapport du Bureau recommande aux gouvernements de limiter l’utilisation de ces clauses dans le secteur, affirmant qu’elles rendent plus difficile l’ouverture de nouveaux supermarchés et peuvent freiner la concurrence.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top