L’armée a été avertie que certaines pales de l’hélicoptère Cyclone étaient défectueuses et pourraient se déchirer en vol.

[ad_1]

Les techniciens de l’armée de l’air sont obligés d’effectuer des inspections plus fréquentes des hélicoptères canadiens CH-148 Cyclone, sujets à des problèmes, après que le fabricant américain a découvert un défaut lié aux pales du rotor principal, selon un rapport interne.

CBC News a obtenu une copie de ce que l’on appelle un rapport de gestion des risques liés à la navigabilité pour l’hélicoptère maritime – essentiellement, le plan de la direction de la sécurité aérienne militaire pour gérer les lacunes critiques de l’avion.

Le document non signé et non daté indique que le fabricant du CH-148, Sikorsky, a alerté l’armée le 6 juin 2022 d’un potentiel problème de « décollement » avec les pales du rotor principal installées sur certains Cyclones.

Le décollement se produit pendant le processus de fabrication, lorsque l’humidité pénètre dans l’adhésif qui maintient ensemble les fines couches de métal qui composent la lame. Cela entraîne des fissures microscopiques qui peuvent provoquer la déchirure de la lame sous la pression.

REGARDER | Un rapport met en garde contre un défaut dangereux dans certains hélicoptères Cyclone :

Les pales de l’hélicoptère Cyclone canadien pourraient se briser en vol, prévient un rapport

Les techniciens intensifient les inspections de la flotte d’hélicoptères Cyclone de l’armée canadienne après qu’un rapport de navigabilité ait mis en garde contre un défaut dangereux qui pourrait voir les pales se désintégrer en plein vol.

Dans les pires cas de décollement, la peau de la pale se décolle lorsque l’hélicoptère est en l’air, provoquant de fortes vibrations et de violentes secousses qui peuvent forcer le pilote à se poser immédiatement, voire provoquer l’écrasement de l’hélicoptère.

Aucune des pales du Cyclone des Forces canadiennes n’est tombée en panne en vol.

Sikorsky a alerté l’armée du problème en juin 2022 et a fourni des détails supplémentaires en novembre 2023 sur des pannes de pales similaires impliquant des UH-60 Blackhawks américains, indique le rapport interne de neuf pages.

Les nouvelles informations « élèvent le niveau de risque absolu (sur les Cyclones) à A-1 – extrêmement élevé », indique le rapport de navigabilité obtenu par CBC News.

Les inquiétudes concernant les pales du rotor principal du Cyclone ont fait surface quelques mois seulement après que les techniciens de l’armée de l’air ont réparé les fissures induites par les vibrations dans la queue d’au moins 19 des hélicoptères maritimes fin 2021 et début 2022.

Ils sont également apparus des années après qu’un cyclone de l’armée de l’air canadienne s’est écrasé dans la mer Ionienne le 29 avril 2020, tuant six militaires – la plus grande perte de vie en une seule journée pour les Forces armées canadiennes depuis la guerre en Afghanistan.

L’accident a été imputé à une faille dans le logiciel de commande de vol qui a poussé l’avion à plonger dans la mer.

Malgré deux décennies de développement, l’armée de l’air n’a jamais donné au CH-148 sa certification finale de capacité opérationnelle – une désignation importante qui déclare que l’armée a obtenu tout ce pour quoi elle a payé.

La semaine dernière, le ministère de la Défense nationale (MDN) a révisé son estimation du coût de possession et d’exploitation du Cyclone à 15,9 milliards de dollars, taxes comprises. CBC News a rapporté la semaine dernière des documents internes de 2021 selon lesquels le coût du cycle de vie complet, y compris l’achat, l’exploitation et le maintien en puissance, devrait s’élever à 14,87 milliards de dollars.

Les derniers chiffres prévoient des coûts d’exploitation et de maintien en puissance plus élevés au cours de la décennie et demie pendant laquelle l’avion devrait rester en service.

Dans une déclaration aux médias, Sikorsky a déclaré que les inspections ont révélé qu’au moins quatre pales des Cyclones des Forces canadiennes étaient potentiellement affectées par le décollement, tandis que sept autres pales qui pourraient être compromises sont en cours de tests.

“Le processus d’inspection est presque terminé et à ce jour, Sikorsky a fourni quatre pales CH-148 de remplacement”, a indiqué la société.

Le MDN affirme que les lames suspectes seront remplacées par le fabricant

Lorsque le problème a été identifié pour la première fois, une première évaluation des risques de vol a conclu à l’été 2022 qu’« au total, 19 (pales du rotor principal) » des Cyclones des Forces canadiennes sont considérées comme suspectes, et jusqu’à 10 hélicoptères pourraient être affectés.

Le MDN a déclaré qu’il s’attend à ce que toutes les pales suspectes soient retournées au fabricant pour être remplacées d’ici l’été.

CBC News a montré au ministre de la Défense, Bill Blair, une copie du rapport de navigabilité interne lors d’une récente entrevue. Il a déclaré que cela soulevait d’importantes préoccupations.

«Je pense que ma première priorité est de m’assurer que les hommes et les femmes qui servent dans les Forces armées canadiennes peuvent faire leur travail en toute sécurité et que l’équipement que nous leur envoyons est adapté à leur objectif», a-t-il déclaré.

Un homme en costume se tient devant un cadre photo doré.
Le ministre de la Défense, Bill Blair, a déclaré que les Cyclones pouvaient toujours voler en toute sécurité. (Adrian Wyld/La Presse Canadienne)

Blair s’est dit convaincu que les Cyclones peuvent voler en toute sécurité et que l’armée de l’air gère le problème.

«Je compte sur les conseils que nous recevons du MDN et des Forces armées canadiennes, des personnes qui les exploitent ainsi que de ceux qui sont responsables de leur entretien et de leur approvisionnement», a-t-il déclaré.

Aucun des Cyclone des Forces canadiennes n’a rencontré de rupture de pale, selon le rapport. L’armée de l’air poursuit cependant un régime d’inspection intensifié qui voit les techniciens effectuer des « tests de frappe » sur les pales une fois toutes les 50 heures de vol ou tous les trois mois, selon la première éventualité.

Un test par frappe permet à un technicien d’évaluer l’intégrité d’une pièce en la tapotant et d’écouter la tonalité résultante.

Bien que cela ne soit pas courant, le décollement des pales d’hélicoptères a été imputé aux accidents d’hélicoptères civils et militaires au cours des trois dernières décennies.

REGARDER : L’armée de l’air s’inquiète de l’obsolescence des systèmes d’armes du Cyclone :

L’armée de l’air s’inquiète du fait que les systèmes d’armes des “nouveaux” hélicoptères seront obsolètes

Un rapport interne divulgué prévient que les hélicoptères Cyclone des Forces armées canadiennes sont dotés de systèmes d’armes qui deviennent obsolètes, alors même que l’armée attend la livraison des deux derniers hélicoptères du fabricant – près de 20 ans après leur achat initial.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a souligné le décollement dans ses rapports sur l’écrasement d’un hélicoptère Bell en 2005 et sur l’accident mortel plus récent en 2019 d’un R44 Raven de la Robinson Helicopter Company près du Lac Valtrie, au Québec. Robinson Helicopter conteste cette conclusion.

Le décollement a également fait l’objet de consignes de navigabilité de la Federal Aviation Administration des États-Unis. Il a émis un avertissement en 2015 concernant les hélicoptères Airbus EC225LP et a cité plusieurs modèles différents d’Eurocopter pour des pales potentiellement défectueuses en 2013.

Jeremiah Gertler, ancien analyste de l’aviation militaire pour le Service de recherche du Congrès des États-Unis, a déclaré que la principale préoccupation de l’armée de l’air canadienne est de savoir combien de temps les inspections requises maintiennent les Cyclone hors service.

“Ils devraient s’en inquiéter car, avec des inspections plus fréquentes, il est possible qu’ils puissent moins utiliser les Cyclones”, a déclaré Gertler, aujourd’hui chercheur au Centre d’études stratégiques et internationales basé à Washington.

“Ils passeront moins de temps dans les airs et plus de temps à être contrôlés, jusqu’à ce qu’il y ait une solution.”

Le temps qu’il faut pour remplacer les lames suspectes est tout aussi important pour les planificateurs militaires canadiens, a-t-il déclaré.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top