L’ANC sud-africain suspend l’ancien président Jacob Zuma | Actualités politiques

La suspension de l’ancien président sud-africain intervient à la veille des élections générales du pays.

Le Congrès national africain (ANC), le parti au pouvoir en Afrique du Sud, a suspendu l’ancien président Jacob Zuma, quelques semaines après qu’il ait soutenu un autre parti avant les élections générales de cette année.

“Zuma et d’autres dont la conduite est en conflit avec nos valeurs et nos principes se retrouveront exclus du Congrès national africain”, a déclaré lundi le secrétaire général de l’ANC, Fikile Mbalula.

Cette décision, largement attendue, sera considérée comme un signe supplémentaire de désunion dans le mouvement à l’approche des élections générales, au cours desquelles l’ANC, longtemps dominant, devrait perdre du terrain.

Zuma a été le quatrième président de l’Afrique du Sud démocratique, de 2009 à 2018, mais il a été forcé de ses fonctions sous un nuage d’allégations de corruption, et il s’est éloigné du parti qu’il dirigeait autrefois.

En décembre, il déclaré il ferait campagne pour un nouveau parti, uMkhonto We Sizwe (MK) ou Lance de la Nation, du nom de l’ancienne branche armée de l’ANC pendant la lutte contre l’apartheid.

Mbalula a déclaré qu’en plus de suspendre Zuma, l’ANC pourrait porter plainte auprès du tribunal électoral pour obtenir la radiation du nouveau parti et lancer une contestation de la marque pour récupérer le nom.

“La formation du parti MK n’est pas un accident”, a déclaré Mbalula après une réunion avec le Comité exécutif national du parti, en présence du président Cyril Ramaphosa.

« Il s’agit d’une tentative délibérée d’utiliser la fière histoire de la lutte armée contre le régime de l’apartheid pour donner de la crédibilité à ce qui est un programme manifestement contre-révolutionnaire. »

Selon une information de la South African Broadcasting Corporation rapportZuma a 48 heures pour répondre à la suspension.

Scroll to Top