La hausse des droits de douane américains sur le bois d’œuvre résineux est “totalement injustifiée”, selon le ministre du Commerce

[ad_1]

Le gouvernement fédéral s’en est pris au département américain du Commerce à propos de son projet d’augmenter les droits de douane sur le bois d’œuvre résineux canadien.

La ministre du Commerce international, Mary Ng, a déclaré que les États-Unis ont annoncé leur intention de relever les droits de douane à 13,86 pour cent, contre 8,05 pour cent auparavant.

Ng qualifie cette décision de décevante et totalement injustifiée.

Il s’agit de la dernière salve d’un échange bilatéral qu’Ottawa a décrit comme un frein aux efforts visant à améliorer le coût et l’offre de logements.

Le mois dernier, Ng s’est engagé à contester la décision de la Commission américaine du commerce international de maintenir les droits en vigueur.

Elle affirme que le Canada combattra ces droits par tous les moyens disponibles, y compris en intentant des poursuites dans le cadre des accords commerciaux existants, ainsi que devant l’Organisation mondiale du commerce et la Cour du commerce international des États-Unis.

REGARDER | Le Canada conteste les droits américains « injustifiés et injustes » sur le bois d’œuvre résineux :

Le Canada conteste officiellement les droits de douane « injustes » américains sur le bois d’œuvre résineux

Le Canada lance officiellement une contestation de ce qu’il considère comme des droits américains « injustifiés et injustes » sur le bois d’œuvre résineux canadien dans le cadre du système de règlement des différends de l’accord commercial entre les États-Unis, le Mexique et le Canada.

Le Canada est « extrêmement déçu » par les dernières conclusions du ministère du Commerce, a déclaré Ng. “Cette mesure est totalement injustifiée.”

En même temps, a-t-elle ajouté, le gouvernement fédéral est prêt à négocier une solution au différend qui entache les relations canado-américaines depuis des décennies.

“Nous continuerons de travailler en étroite collaboration avec les provinces, les territoires et l’industrie pour défendre les intérêts canadiens par toutes les voies disponibles”, a déclaré M. Ng.

“Nous restons prêts et disposés à travailler avec les États-Unis pour trouver une solution négociée permettant un retour à un commerce transfrontalier prévisible du bois d’œuvre résineux.”

En vertu du Tariff Act américain, le ministère du Commerce détermine si les marchandises sont vendues à un prix inférieur à leur juste valeur ou si elles bénéficient de subventions accordées par des gouvernements étrangers.

Au Canada, les provinces productrices de bois fixent des droits de coupe pour le bois récolté sur les terres de la Couronne, un système que les producteurs américains – contraints de payer les taux du marché – considèrent comme une subvention injuste.

Du bois fraîchement coupé est représenté empilé dans une usine.
Du bois fraîchement coupé est photographié empilé dans une usine le long de la rivière Stave, à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, le 25 avril 2019. (Jonathan Hayward/La Presse Canadienne)

Les devoirs « nuisent aussi bien aux Canadiens qu’aux Américains », selon la Colombie-Britannique

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a publié jeudi une déclaration similaire, affirmant que la décision du département du Commerce était « profondément décevante ».

“L’application continue de droits de douane injustifiés sur les exportations de bois d’œuvre résineux de la Colombie-Britannique vers les États-Unis nuit aux Canadiens et aux Américains”, indique la déclaration conjointe attribuée au ministre des Forêts Bruce Ralston, à la ministre de l’Emploi Brenda Bailey et à plusieurs autres responsables.

“Alors que nous travaillons avec nos partenaires industriels pour développer une industrie forestière fiable et durable en Colombie-Britannique, nous sommes continuellement gênés par ces tarifs, ce qui entraîne des prix plus élevés et des marchés instables des deux côtés de la frontière.”

Un homme blanc vêtu d’un manteau violet parle devant une vitre.
Le ministre des Forêts de la Colombie-Britannique, Bruce Ralston, s’exprime à Vancouver le 10 août 2023. (Ben Nelms/CBC)

Le vice-président du BC Lumber Trade Council, Kurt Niquidet, a également réagi à l’augmentation potentielle des droits de douane, affirmant que le ministère du Commerce « s’est écarté de certaines méthodologies de longue date à la demande de l’industrie américaine ».

“Bien que ces taux ne soient pas encore finalisés, ils continuent de déformer la réalité : les producteurs de Colombie-Britannique et du Canada ne sont pas subventionnés et ne pratiquent pas de dumping sur le marché américain”, indique le communiqué.

Il affirme que les tarifs augmentent le coût du bois d’œuvre et des matériaux de construction au sud de la frontière, « à un moment où la pénurie de logements abordables a de graves répercussions sur les familles à travers le pays ».

En octobre, le Canada a salué la décision d’un groupe spécial de règlement des différends de l’ALENA, selon laquelle certains aspects de la manière dont les États-Unis calculent les droits de douane étaient incompatibles avec la loi fédérale.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top