Joly dit que le Canada sanctionnera certains colons israéliens « extrémistes » et les dirigeants du Hamas

[ad_1]

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que le Canada imposerait des sanctions aux colons israéliens « extrémistes » dans les territoires palestiniens, ainsi qu’aux dirigeants du Hamas.

Dans une interview sur Romarin Barton en direct qui sera diffusé dimanche, Joly a déclaré que le gouvernement “y travaillait activement” alors qu’elle participait à une tournée en Ukraine, où elle a rencontré des responsables ukrainiens et visité des sites touchés par la guerre en cours dans ce pays.

“Nous sanctionnerons les colons extrémistes et nous imposerons également de nouvelles sanctions aux dirigeants du Hamas”, a déclaré Joly à la correspondante politique en chef de CBC, Rosemary Barton.

“Je m’assure que pendant que je suis en Ukraine, le travail est effectué à Ottawa et j’ai hâte de faire des annonces bientôt.”

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré vendredi que le Canada étudiait la possibilité d’imposer des restrictions à certains Israéliens vivant dans des colonies illégales en Cisjordanie.

“La violence des colons en Cisjordanie est absolument inacceptable et met en péril la paix (et) la stabilité dans la région, ainsi que la voie vers la solution à deux États qui est absolument essentielle”, a-t-il déclaré aux journalistes après un événement à Waterloo, en Ontario.

Le Canada suivrait les traces des États-Unis, qui ont annoncé cette semaine une deuxième série de sanctions contre quatre individus accusés d’avoir incité et perpétré des violences contre des Palestiniens et des militants pacifistes israéliens en Cisjordanie.

“Cette violence constitue une grave menace à la paix, à la sécurité et à la stabilité en Cisjordanie, en Israël et dans la région du Moyen-Orient, et menace la sécurité nationale et les intérêts de politique étrangère des Etats-Unis”, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, dans un communiqué. déclaration.

La violence dans les territoires palestiniens a augmenté depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée par les attaques menées par le Hamas le 7 octobre, au cours desquelles environ 1 200 Israéliens ont été tués et environ 250 pris en otages. Les responsables palestiniens de la santé affirment que plus de 26 000 personnes ont été tuées dans les attaques israéliennes au cours des quatre derniers mois.

Des Palestiniens réagissent lors d'une manifestation contre les colonies israéliennes près de Naplouse, en Cisjordanie occupée par Israël, le 15 septembre 2023.
Des Palestiniens réagissent lors d’une manifestation contre les colonies israéliennes près de Naplouse, en Cisjordanie occupée par Israël, le 15 septembre 2023. (Raneen Sawafta/Reuters)

Joly a déclaré à Barton que le Canada restait déterminé à trouver un moyen de mettre fin aux combats et à travailler à une solution à long terme.

“D’abord et avant tout, nous devons conclure un accord sur les otages. Les otages doivent revenir et être libérés. Nous avons besoin de davantage d’aide humanitaire à Gaza”, a-t-elle déclaré.

“Et nous devons nous assurer que le Hamas dépose les armes. Et c’est la première étape pour garantir qu’un jour nous parviendrons à une voie où nous pourrons avoir une trêve plus longue, un cessez-le-feu durable et, à terme, bien plus encore, une voie vers une paix à deux”. -solution étatique.”

Cette perspective est apparue sombre pendant les mois de guerre. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a explicitement a déclaré son rejet de l’idée en janvier, suscitant de vives critiques de la part du Canada et de ses alliés comme les États-Unis. Le département d’État américain a déclaré cette semaine qu’il envisager les options reconnaître un État palestinien au lendemain de la guerre.

Joly a déclaré que des changements étaient nécessaires des deux côtés pour rendre possible une paix à long terme.

“Nous avons besoin d’une Autorité palestinienne réformée. Nous avons également besoin d’un gouvernement en Israël disposé à faire le travail important pour parvenir à cette solution à deux États.”

Source link

Scroll to Top