Joly annonce une initiative de rapatriement d’enfants lors d’une visite surprise en Ukraine

[ad_1]

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a effectué une visite surprise en Ukraine vendredi à l’approche du deuxième anniversaire de l’invasion à grande échelle de la Russie, où elle a annoncé une nouvelle initiative pour lutter contre la déportation forcée d’enfants par l’armée russe.

Les estimations du nombre d’enfants enlevés par la Russie depuis le début de son invasion à grande échelle en 2022 se comptent par milliers.

“Les enfants ne peuvent pas être utilisés comme des pions dans la guerre. Sur leurs visages, nous voyons notre humanité et le Canada est fier de diriger les efforts aux côtés de l’Ukraine pour assurer leur retour en Ukraine”, a déclaré Joly dans un communiqué aux médias annonçant son voyage.

S’adressant aux journalistes en Ukraine, Joly a déclaré que le Canada s’efforcerait d’élaborer un dossier consulaire pour chaque enfant disparu, en utilisant son réseau diplomatique à travers le monde pour sensibiliser à leur sort et aux efforts visant à les renvoyer en Ukraine.

“Nous travaillerons avec les pays qui entretiennent des relations directes avec la Russie pour garantir que ces enfants reviennent chez eux”, a déclaré Joly. “Chaque enfant ramené dans sa famille est une victoire en soi.”

Dans le cadre de cette initiative, le Canada a offert « une expertise et des ressources techniques » pour aider au rapatriement des enfants ukrainiens, indique le communiqué de presse.

En mars dernier, le Cour pénale internationale (CPI) a émis des mandats d’arrêt contre le président russe Vladimir Poutine et la commissaire aux enfants du pays, Maria Lvova-Belova, pour expulsion et transfert illégaux d’enfants.

Le gouvernement canadien a récemment annoncé qu’il contribuerait 35 millions de dollars supplémentaires en équipement militaire en Ukraine.

Le 24 février marquera le deuxième anniversaire du début de l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie.

« Le Canada est l’un de nos amis les plus proches »

Au cours de son voyage, Joly prévoit également de rencontrer des Ukrainiens touchés par la guerre, notamment des enfants, ainsi que des organisations qui soutiennent les victimes de violences sexuelles et basées sur le genre et les traumatismes liés à la guerre.

Le Canada et ses alliés se sont engagés à soutenir l’Ukraine « aussi longtemps qu’il le faudra », notamment pour contenir le risque d’agression russe après la fin éventuelle du conflit.

Pourtant, le soutien du public à l’Ukraine a diminué dans des pays comme aux États-Unis, dans un contexte d’inflation persistante et de guerre au Moyen-Orient.

Le Canada n’a toujours pas signé d’engagement bilatéral formel en matière de sécurité pour l’Ukraine, et les négociations se poursuivent depuis des mois sur le montant qu’Ottawa s’engagera à aider à sécuriser le pays.

Son homologue ukrainien, Dmytro Kuleba, a salué le soutien d’Ottawa, affirmant par l’intermédiaire d’un interprète que “le Canada est l’un de nos amis les plus proches”, en partie parce qu’il soulève des problèmes lors des réunions du G7.

Il a déclaré que les négociations sur un engagement en matière de sécurité se déroulaient bien et n’étaient pas obscurcies par des subtilités diplomatiques.

“Nous pouvons discuter des choses, en substance, de manière très sincère et ouverte”, a-t-il déclaré.

Source link

Scroll to Top