Des gens « meurent de faim » au Soudan, selon l’agence alimentaire des Nations Unies | Nouvelles sur la faim

Le Programme alimentaire mondial a appelé les parties belligérantes au Soudan à fournir des garanties de sécurité immédiates pour acheminer l’aide.

L’agence alimentaire des Nations Unies affirme recevoir des informations faisant état de personnes mourant de faim au Soudan et le nombre de personnes affamées a doublé au cours de l’année écoulée alors que la guerre en cours prive les civils de l’aide.

« La situation au Soudan aujourd’hui est tout simplement catastrophique », a déclaré Eddie Rowe, représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) au Soudan et directeur pays.

« Des millions de personnes sont touchées par le conflit. Le PAM a de la nourriture au Soudan, mais le manque d’accès humanitaire et d’autres obstacles inutiles ralentissent les opérations », a-t-il déclaré vendredi dans un communiqué.

« L’aide vitale n’atteint pas ceux qui en ont le plus besoin, et nous recevons déjà des informations faisant état de personnes mourant de faim », a-t-il ajouté.

Depuis le début de la guerre au Soudan en avril, près de 18 millions de personnes à travers le pays sont confrontées à une faim aiguë, et plus de cinq millions connaissent des niveaux d’urgence dans les zones les plus touchées par le conflit.

Le PAM a appelé les factions belligérantes au Soudan – l’armée et les forces paramilitaires de soutien rapide (RSF) – à fournir des garanties immédiates pour l’acheminement sans entrave des secours.

« Les gens ont vraiment du mal à s’offrir un repas de base par jour. … Ceux qui connaissent les niveaux de faim les plus élevés ont recours à des mécanismes d’adaptation extrêmes pour mettre de la nourriture dans leurs assiettes, notamment en vendant tout ce qu’ils possèdent », a déclaré Leni Kinzli, responsable de la communication au PAM Soudan, à Al Jazeera depuis la capitale kenyane, Nairobi.

« Le plus grand défi est en fait que nous ne sommes pas en mesure de fournir une assistance au-delà des lignes de conflit. … Nous n’obtenons pas de garanties de sécurité ni d’autorisations pour déplacer librement les marchandises », a-t-elle ajouté.

Livraisons d’aide limitées

Le PAM a pu fournir de l’aide à seulement une personne sur dix dans les zones de conflit, qui comprennent Khartoum, la région occidentale du Darfour et l’État d’El Gezira, où les RSF ont récemment avancé.

L’agence a ajouté dans un communiqué qu’elle tentait d’obtenir des garanties de sécurité pour relancer les opérations à El Gezira, auparavant un centre d’aide vers lequel de nombreuses personnes avaient fui Khartoum.

Récemment, les livraisons d’aide au Soudan ont été limitées car 70 camions étaient bloqués à Port-Soudan depuis plus de deux semaines et 31 autres étaient bloqués à El Obeid depuis plus de trois mois, a indiqué le PAM. Les deux villes sont contrôlées par l’armée.

“Pour chaque camion que nous voulons acheminer du port du Soudan vers un autre endroit, nous devons obtenir des cachets et des signatures de différentes autorités, et cela prend du temps pour que ces autorisations soient accordées”, a déclaré Kinzli, appelant la communauté internationale à soutenir le peuple soudanais et galvaniser les partis politiques pour garantir que l’aide dans le pays soit facilitée.

« Chacun de nos camions doit être sur la route chaque jour pour livrer de la nourriture au peuple soudanais », a souligné Rowe.

Le PAM a déclaré que le nombre de personnes affamées au Soudan a plus que doublé par rapport à il y a un an. Neuf mois après le début d’une guerre sanglante, presque huit millions de personnes ont également été forcés de quitter leur domicile, a indiqué l’ONU.

Les efforts visant à négocier la fin des combats au Soudan n’ont pas encore abouti.

Scroll to Top