Ce que nous avons appris sur les 6 équipes de la PWHL au cours du 1er mois de ligue

[ad_1]

Le premier mois de la PWHL a commencé avec l’élimination de Toronto par New York le jour de l’An, une étape importante qui atteint près de trois millions de personnes.

Cela s’est terminé avec Abby Boreen du Minnesota marquant en prolongation pour assurer la victoire à son équipe et une égalité au sommet du classement avec Montréal.

La plupart des jeux intermédiaires ressemblent beaucoup à ces derniers. Plus de la moitié des 22 premiers matchs de la PWHL ont été décidés par un seul but, avec une prolongation ou des tirs de barrage dans huit cas. C’est un signe de parité à l’échelle de la ligue.

L’entraîneur-chef de Montréal, Kori Cheverie, aurait pu le mieux exprimer après une victoire de 2-1 contre le Minnesota la semaine dernière.

“Tous les soirs, c’est comme un septième match et c’est difficile d’obtenir trois points dans cette ligue”, a-t-elle déclaré.

Avec seulement deux points séparant les quatre dernières équipes du classement, le point supplémentaire accordé pour une victoire réglementaire sera crucial pour les équipes à l’avenir.

Après quelques jours de congé, 24 joueurs seront à Toronto jeudi pour jouer dans la vitrine 3 contre 3 de la PWHL dans le cadre des célébrations du week-end des étoiles de la LNH.

Une joueuse de hockey portant un uniforme rouge avec l'inscription Montréal dessus est vue en train de patiner et de contrôler la rondelle.
Marie-Philip Poulin, de Montréal, est l’une des 24 joueuses de la ligue choisies pour participer à la vitrine 3 contre 3 lors du week-end du Match des étoiles de la LNH, jeudi. (Minas Panagiotakis/Getty Images)

C’est censé être amusant, mais ne vous attendez pas à voir les joueurs de la PWHL le considérer comme des vacances. C’est l’occasion de faire découvrir le hockey féminin à des gens qui ne les ont jamais vues jouer, et c’est quelque chose qu’ils ne prennent pas à la légère.

«On ne peut pas l’enlever, parce qu’en fin de compte, les gens auront toujours l’opinion que si on ne donne pas le meilleur de nous-mêmes, le hockey féminin n’est pas bon», a déclaré la capitaine montréalaise Marie-Philip Poulin. a déclaré à la Presse Canadienne.

Ensuite, la ligue fera une pause du 5 au 14 février pour les matchs internationaux, y compris les trois dernières étapes cette saison dans la série Rivalry.

Mais avant cela, trois matchs sont au programme ce week-end.

Cela inclut Toronto accueillant le Minnesota à 12 h HE samedi, que vous pouvez regarder sur Le joyau de CBC, cbcsports.cal’application CBC Sports pour IOS et Android appareils et CBC TV.

Alors que toutes les équipes, sauf deux, en sont déjà au tiers de leur saison, voici un aperçu de ce que nous avons appris sur chaque équipe et de ce qu’il faut surveiller à l’avenir :

Minnesota

Le Minnesota s’est occupé un changement d’entraîneur inattendu juste avant le début de la saison. L’équipe s’en est quand même sortie en force et n’a perdu qu’une seule fois en temps réglementaire, accordant moins de deux buts par match en cours de route.

Une équipe de hockey composée de joueurs portant des maillots blancs, avec l'inscription Minnesota en violet, est représentée sur la glace et sur le banc.
Minnesota a terminé son premier tiers de la saison à égalité au premier rang avec Montréal. (Andrea Cardin/Photographie Freestyle/PWHL)

Le point culminant de la saison doit être la victoire devant plus de 13 000 spectateurs au Xcel Energy Center, qui a établi un record mondial d’assistance à un match de hockey professionnel féminin.

À l’avenir, le Minnesota devra travailler sur des équipes spéciales. L’équipe a le pire pourcentage de penalty de la ligue et n’a marqué qu’une fois sur 21 occasions en avantage numérique.

Artiste remarquable : Nicole Hensley a été une pierre précieuse devant le filet du Minnesota, tandis que l’attaquant Kelly Pannek a été solide aux deux extrémités de la glace.

Mais les MVP du début de saison du Minnesota ont été les recrues Taylor Heise et Grace Zumwinkle. Ensemble, ils ont marqué près de la moitié des buts du Minnesota cette saison.

Montréal

Tout comme Minnesota, Montréal n’a perdu qu’une seule fois en temps réglementaire. L’équipe a été amusante à regarder, qu’il s’agisse de la vitesse fulgurante de Laura Stacey ou de la capacité de Poulin à jouer avec la rondelle.

Également similaire à celle du Minnesota, l’équipe a un avantage numérique qui n’a pas encore vraiment fonctionné, même s’il est difficile de croire qu’elle ne réussira pas avec le personnel dont elle dispose.

REGARDER | Maureen Murphy marque le but gagnant pour propulser Montréal contre Ottawa :

Montréal, leader de la PWHL, devance Ottawa avec le vainqueur en prolongation de Murphy

Le premier but de Maureen Murphy dans la PWHL permet à Montréal de remporter une victoire de 2-1 en prolongation contre Ottawa devant une foule record pour un match de hockey féminin professionnel au Canada avec 8 646 spectateurs.

Montréal accorde également beaucoup de tirs au but – 130 au cours des trois derniers matchs seulement. Cela n’aide pas que l’équipe ait pris plus de pénalités que n’importe quelle autre équipe de la ligue.

Ce dernier point pourrait être réglé à mesure que les joueurs comprendront où se situe la ligne d’arrivée avec les officiels de la PWHL. Mais c’est quelque chose à surveiller jusqu’à présent dans l’une des meilleures équipes de la ligue.

Artiste remarquable : Le volume de tirs a occupé les gardiennes Ann-Renée Desbiens et Elaine Chuli, et on a l’impression qu’elles ont parfois gardé l’équipe dans le match.

Mais ce qui s’est démarqué a été le trio de Poulin, Murphy et Tereza Vanišová, qui totalisent chacun sept points. Poulin est la meilleure joueuse au monde, et comme son équipe était à la traîne de Toronto le mois dernier, c’était comme si elle les obligeait à faire une prolongation avec son but égalisateur. Ils l’appellent Captain Clutch pour une raison.

Vanišová et Murphy ont également pris le relais. Ils ont chacun marqué un but gagnant lors des deux derniers matchs.

Boston

Boston a disputé deux matchs de moins que les équipes qui les précèdent au classement, donc l’écart de cinq points pourrait être un peu trompeur.

Après une défaite lors de leur premier match à domicile et une longue attente pour disputer un deuxième match, Boston semble être sur la bonne voie. Ils ont entamé la pause de cette semaine sur une séquence de deux victoires consécutives, propulsées par la première étoile de la semaine de la PWHL, Alina Müller, qui a récolté huit points à ses quatre derniers matchs.

Un joueur portant un maillot blanc, avec Boston écrit en vert sur le devant, patine sur la glace.
La capitaine de Boston, Hilary Knight, a marqué son premier but la semaine dernière, vainqueur en prolongation contre le Minnesota. (Andrea Cardin/Photographie Freestyle/PWHL)

Derrière Müller, Loren Gabel et Jamie Lee Rattray comptent chacun cinq points en six matchs, tandis que la capitaine Hilary Knight a finalement inscrit son premier but, vainqueur en prolongation, le week-end dernier.

Ce n’était pas que Knight n’avait pas d’opportunités. Elle tire à un taux de quatre pour cent, ce qui semble peu susceptible de continuer pour l’un des meilleurs tireurs. Avec l’offensive de Knight débloquée, Boston est une équipe à surveiller.

Artiste hors pair: Müller est l’une des premières candidates au titre de MVP qui a constamment piloté le jeu de son équipe avec son QI du hockey autour du filet. Boston a marqué 16 fois jusqu’à présent cette saison. Deux de ces buts sont venus de la superstar suisse, et elle a aidé sept autres.

Ottawa

Comme Boston, Ottawa n’a disputé que six matchs, il y a donc un échantillon plus petit.

La meilleure buteuse de l’équipe est Lexie Adzija, qui a excellé dans la zone difficile devant le filet. Son ancienne coéquipière de l’Université Quinnipiac, Zoe Boyd, a également brillé dans un duo défensif avec Ashton Bell, les deux faisant preuve de capacités offensives.

Un gardien de but de hockey effectue un arrêt sur un tir de pénalité.
La gardienne d’Ottawa Emerance Maschmeyer effectue un arrêt sur un tir de pénalité de l’attaquante montréalaise Marie-Phillip Poulin, l’un des deux tirs de pénalité qu’elle a arrêtés jusqu’à présent cette saison. (Justin Tang/La Presse Canadienne)

L’équipe aimerait probablement voir un peu plus de buts de la part de joueuses comme Emily Clark et Mikyla Grant-Mentis, qui ont un but à elles deux.

Une bonne nouvelle pour Ottawa : ils ont eu une excellente semaine de la part de la capitaine Brianne Jenner, qui a été nommée deuxième étoile de la PWHL. Son plus grand moment ? Probablement préparer Hayley Scamurra pour un but égalisateur contre Boston, récupérant un point lors de la deuxième nuit consécutive.

Artiste hors pair: Gardien de but Emerance Maschmeyer a disputé chacun des six matchs d’Ottawa, après que la remplaçante Sandra Abstreiter ait quitté le match de la semaine dernière contre Boston en raison d’une blessure. Maschmeyer a arrêté deux tirs de pénalité clés lors de matchs séparés. Elle a même obtenu une passe décisive, repérant un changement de ligne mal chronométré à Toronto et trouvant Natalie Snodgrass à l’autre bout de la glace. Elle a été la joueuse par excellence d’Ottawa.

New York

Après un bon début le jour de l’An, New York a faibli, perdant trois de ses quatre derniers matchs.

Une partie du problème vient du fait que New York n’a marqué qu’un seul but lors des deux derniers matchs, avec Chloé Aurard et Élizabeth Giguère parmi les joueuses toujours à la recherche de leur premier but.

REGARDER | Abby Roque de New York a pris le micro pendant l’échauffement :

Le duo de Spooner mène Toronto à la toute première victoire à domicile de la PWHL

Natalie Spooner marque deux fois alors que la PWHL Toronto remporte la première victoire de sa franchise à domicile en battant New York 2-0.

Les gardiens de but de l’équipe ont été un point positif, tout comme Alex Carpenter et Jessie Eldridge, qui ont généré beaucoup d’occasions. Peut-être que leur donner plus de temps à part pourrait aider à générer plus d’offensive ailleurs dans l’alignement.

Artiste remarquable : En cinq matchs, Corinne Schroeder a gardé New York dans les matchs, tout en faisant face à plus de tirs que toute autre gardienne à l’exception de Desbiens. Contre Toronto la semaine dernière, elle a stoppé 28 des 30 tirs qui se sont dirigés vers elle, mais son équipe a tout de même perdu 2-0. Elle a été, selon les mots de sa coéquipière Jade Downie-Landryun “mur de briques”.

Toronto

La victoire de Toronto en tirs de barrage contre Montréal aurait pu être un moment décisif pour une équipe qui a parfois été dominée et surpassée cette saison.

Quelques jours plus tard, Toronto a blanchi une équipe de New York en panne, ce qui a valu à Kristen Campbell son premier blanchissage et un regain de confiance bien nécessaire.

REGARDER | Spooner marque une paire lors de la première victoire à domicile de Toronto :

PWHL Mic’d Up : « Avez-vous vu ce panneau ? Abby Roque de New York en échauffement

Découvrez les coulisses de la PWHL New York contre la PWHL Toronto, alors que CBC Sports présente Mic’d Up avec l’attaquante américaine Abby Roque.

Le capitaine Blayre Turnbull et Sarah Nurse n’ont marqué qu’un seul but jusqu’à présent cette saison, tandis que Campbell avait accordé 18 buts en six matchs avant son blanchissage.

Le retour attendu de l’attaquante Victoria Bach, une attaquante de réserve qui termine ses études d’enseignement, ce mois-ci pourrait être un autre coup de pouce pour Toronto.

Artiste remarquable : Natalie Spooner a été Natalie Spooner classique, allant fort au filet et difficile à affronter. Cela se traduit par cinq buts en huit matchs. Non seulement elle est l’une des deux seules joueuses de Toronto à marquer plus d’une fois cette saison, mais elle est également la seule joueuse de Toronto à marquer en avantage numérique.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top