Biden ou Trump ? Lors de sa visite à Washington, le premier ministre de l’Alberta a déclaré : « Il y a des défis dans les deux cas »

[ad_1]

Si la première ministre de l’Alberta a une préférence pour la prochaine élection présidentielle américaine, elle ne la partage pas publiquement.

Lors d’une conférence de presse lors d’un voyage à Washington, DC, Danielle Smith a souligné les différentes difficultés qu’il y a à traiter avec un démocrate ou un républicain.

Lorsqu’on lui a demandé si Joe Biden ou Donald Trump seraient meilleurs pour sa province, elle a répondu : “Je pense qu’il y a des défis avec les deux.”

Les deux candidats ont des politiques protectionnistes, a déclaré Smith.

Son plus grand reproche à Biden, l’actuel président, était sa décision d’annuler le pipeline Keystone XL en provenance de l’Alberta dès son premier jour de mandat.

“Nous avons été gravement déçus”, a déclaré Smith aux journalistes jeudi à l’ambassade du Canada, lors de son premier voyage dans la capitale américaine en tant que première ministre.

Pendant ce temps, l’ancien président Trump menace d’imposer des tarifs douaniers mondiaux de 10 pourcent sur les produits dans le monde entier. Les détails de la politique restent flous et un allié de Trump a déclaré à Politico qu’il considère cela comme une tactique de négociation permettant à Trump d’amener les pays à faire ce qu’il veut.

Smith fait déjà publiquement pression en faveur d’une exclusion canadienne. En fait, elle réclame une telle exclusion pour tous les partenaires commerciaux nord-américains.

“Nous demanderions une exemption (à un tel tarif)”, a-t-elle déclaré. “Indépendamment du fait qu’il s’agisse d’un (président) démocrate ou républicain, ils doivent comprendre que nous entretenons une relation spéciale. Le Canada et les États-Unis — et j’inclurais le Mexique… Nous demanderions donc une exemption à tout type de règles qui interdiraient ou limiteraient le commerce transfrontalier.

Quoi qu’il en soit, il est loin d’être certain que Trump imposerait un tel tarif sur les exportations les plus lucratives de l’Alberta, le pétrole et le gaz ; cela irait à l’encontre de son message de campagne sur la baisse des prix de l’énergie.

Clé de voûte XL 2.0 ? Pas assez

Smith s’exprimait au deuxième jour d’un voyage au cours duquel elle a rencontré un certain nombre de sénateurs américains, pour la plupart républicains : Rand Paul, Markwayne Mullin, JD Vance, Lisa Murkowski, Marsha Blackburn, Steve Daines et le démocrate Joe Manchin.

On a demandé à Smith si l’Alberta avait une prochaine grande proposition pour un projet énergétique transfrontalier, un successeur de Keystone XL – surtout si une administration soutenant le pipeline revenait à la Maison Blanche.

Le premier ministre de l’Alberta n’a pas été précis. Mais elle a ajouté que si jamais un tel projet existait, il serait peut-être plus facile de construire une capacité d’exportation de gaz ou de pétrole le long d’un tracé de pipeline existant.

Smith a souligné le pipeline Trans Mountain presque terminé expansion en Colombie-Britannique comme preuve de cette leçon.

“Il a utilisé une emprise existante”, a-t-elle déclaré. “Nous disposons donc de nombreux réseaux intégrés. Peut-être que cela pourrait être une manière de relancer la conversation” avec les Etats-Unis

Après avoir discuté de l’idée avec des gens à Washington, Smith a déclaré qu’elle emporterait cette observation avec elle, au Canada, et en discuterait avec les sociétés pipelinières.

Source link

Scroll to Top