4 adolescents font face à des accusations après qu’un incendie ait rasé la seule école de la Première Nation d’Eabametoong

[ad_1]

La police a porté des accusations contre quatre adolescents en lien avec l’incendie survenu la semaine dernière dans la seule école de la Première Nation d’Eabametoong, dans le nord-ouest de l’Ontario.

L’incendie jeudi peu après 7h10 a été rasé le Centre d’éducation John C. Yesnoequi s’adresse aux élèves de la maternelle à la 9e année.

Initialement, deux jeunes âgés de 14 et 17 ans ont été arrêtés à la suite de l’incident, qui a été jugé compatible avec un incendie criminel, mais aucune accusation n’a été portée à ce moment-là.

Dans un communiqué publié lundi après-midi, le service de police Nishnawbe Aski (NAPS) a indiqué que quatre adolescents — une femme de 13 ans et trois hommes de 13, 14 et 17 ans — ont chacun été accusés de :

  • Incendie criminel, mépris de la vie humaine.
  • Incendie criminel, dommages matériels.
  • Méfait de plus de 5 000 $.
  • Possession de matériel incendiaire.

L’homme de 17 ans fait également face à des accusations de possession d’instruments de cambriolage et de voies de fait contre un agent de la paix.

Aucun des jeunes ne peut être libéré en vertu des dispositions de la Loi sur le système de justice pénale pour les adolescents.

Eabametoong est une communauté éloignée accessible par avion de 1 600 habitants, située à environ 360 kilomètres au nord de Thunder Bay.

Le chef Solomon Atlookan et son conseil ont déclaré dans un communiqué la semaine dernière que l’incendie « privera environ 299 élèves de la maternelle à la 9e année d’éducation » et que la communauté travaillait avec diverses organisations provinciales, fédérales et autochtones pour mettre en place des services virtuels. l’éducation afin que les élèves puissent continuer à apprendre.

La police a déclaré que les quatre adolescents ont été placés en garde à vue et devraient comparaître devant le tribunal mardi.

L’enquête est en cours, précise la NAPS.

Il s’agit du deuxième incendie criminel auquel la communauté est confrontée en moins d’un an. En juillet, un incendie à l’usine de traitement des eaux a forcé une évacuation de la communautéqui a duré environ trois semaines.

Récolter des fonds pour reconstruire

Une page de collecte de fonds, appelée “Réaliser le rêve grâce à l’éducation”, a été mis en place par Matawa First Nations Management par l’intermédiaire de Canada Helps pour aider la communauté à reconstruire son école. La page a été partagée sur les réseaux sociaux par un certain nombre de dirigeants et de groupes des Premières Nations, notamment la Sioux Lookout First Nations Health Authority.

« Le 25 janvier 2024, la Première Nation d’Eabametoong a connu la perte dévastatrice de son école à la suite d’un violent incendie. Leur école était un refuge pour la plupart des jeunes et des enfants. Les élèves ont vu toutes leurs fournitures scolaires bien-aimées, culturelles et approvisionnements terrestres et des années de souvenirs brûlent”, dit-il.

Greg Rickford, ministre des Affaires autochtones de l’Ontario, a déclaré la semaine dernière à CBC News que la province soutient la communauté en :

  • Fournir des ressources ou du personnel supplémentaires de la province pour assurer la sécurité de la zone.
  • Soutenir toute enquête sur la cause de l’incendie.
  • Aider à coordonner le soutien aux enfants qui ont perdu leur école.

[ad_2]

Source link

Scroll to Top